Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2009

Entropia

 

EntropiaN6_R_370x629pxAvecBordBrique-ab8f2.jpgENTROPIA, qui se présente comme étant la « revue d’étude théorique et politique de la décroissance », dispose depuis quelque temps d’un site Internet sur lequel il est possible de trouver, outre bien entendu les sommaires des différents numéros, de nombreux liens et notamment audio ou vidéo. A découvrir :

http://www.entropia-la-revue.org/

16:20 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (1)

30/11/2008

UNE CRISE SYSTEMIQUE DE L’ECONOMIE ET DE L’ENVIRONNEMENT

Voici un texte de Simon Charbonneau qui vient de paraître dans le quotidien Sud-Ouest.

 

 

UNE CRISE SYSTEMIQUE DE L’ECONOMIE ET DE L’ENVIRONNEMENT

 

 

Décidément, les mauvaises nouvelles s’accumulent sur le front de l’économie comme de l’environnement. L’avenir radieux promis par les « trente glorieuses » n’est plus au rendez-vous. A la débâcle des pôles répond dorénavant celle de la finance internationale qui menace l’économie mondiale. Comme si un processus global de décomposition de notre système était en cours. Aucun commentateur n’a jusqu’à présent eu l’idée de faire le lien entre la crise économique et celle qui frappe les grands équilibres écologiques mondiaux, comme si les deux phénomènes étaient indépendants l’un de l’autre. Pourtant, leur concomitance n’est pas le fruit du hasard. La crise financière a été entraînée par un échafaudage mondial, complexe et instable, d’énormes dettes provoquées par une course à l’investissement venant du secteur bancaire, associées à une surconsommation des ménages font appel au crédit facile. Le bon sens, qui n’est pas toujours partagé par les milieux économiques, voulait qu’un jour ou l’autre tout cela s’effondre. La foi dans la durabilité d’une croissance sans limites interdisait toute forme d’alerte et dans l’euphorie ambiante les esprits doutant de la pérennité d’un tel système ne pouvaient donc pas rendre publiques leurs inquiétudes.

 

A cette crise s’est greffée celle de l’envolée des prix de l’énergie et des matières premières et des ressources naturelles provoquée par la surconsommation provenant des nouveaux pays industriels. Or cette envolée n’est pas sans lien avec la problématique environnementale puisque c’est la récente prise de conscience collective du caractère limité de ces ressources qui en est à l’origine. Tout le monde sait que les prix s’envolent quand la ressource s’effondre, le cas actuel du cabillaud, jadis poisson du pauvre, le démontre concrètement, en attendant un jour peut être le tour des sardines. De même, le boom immobilier de ces dernières années qui s’explique aussi par la rareté croissante du foncier, a considérablement aggravé le phénomène de l’étalement urbain grand consommateur d’espaces naturels (il en disparaît chaque année 50 000 hectares !). Le tout aggravé par une concurrence féroce et par un déferlement technologique sans boussole.

 

A vrai dire, ce qui est aujourd’hui en train de se passer illustre de manière dramatique l’aveuglement d’une société persuadée que l’humanité peut continuer à vivre avec un développement sans limites de ses activités économiques. Inévitablement, la croissance débouche alors un jour ou l’autre sur la récession une fois ces limites franchies. Pas plus que les espaces naturels, l’espace économique n’est indéfiniment extensible. Nous sommes aujourd’hui à la veille de bouleversements considérables aux conséquences incalculables, tant sur le plan social, qu’économique et environnemental. Ces bouleversements sont en décalage complet avec les représentations politiques et économiques qui continuent à habiter les espritsde notre oligarchie. Ceci explique son désarroi actuel.

 

 

Sans parler du chaos social que va entraîner la récession dans une société qui n’imagine survivre que par la croissance, on peut s’interroger sur son impact environnemental qui est fondamentalement ambivalent. Car si les investissements publics et privés consacrés à la protection de l’environnement vont avoir à en souffrir, ceux aussi consacrés à sa destruction vont subir le même sort, ce qui lui sera bénéfique. D’un côté il y aura moins d’argent investi par exemple dans les grands projets d’infrastructures de transport ou les opérations immobilières sur le littoral, mais de l’autre il y en aura aussi moins pour l’isolation thermique des bâtiments, la création et la maintenance des stations d’épuration des eaux. Il faudra alors arbitrer entre différents besoins avec beaucoup moins de moyens financiers que par le passé.

 

Et si cet arbitrage continue à se faire au sein des entreprises comme des pouvoirs publics avec la mentalité qui a régné durant les trente glorieuses, ce sont les préoccupations du court terme qui une fois de plus vont l’emporter. Les conditions de la concurrence internationale vont être encore plus dures avec toutes les conséquences sociales et environnementales négatives que cela va entraîner. Il faudra pédaler encore plus vite que le concurrent pour avoir l’illusion de s’en sortir. Autrement dit, par un effet systémique, la crise va aggraver les contradictions d’un système sans avenir.

 

A moins que l’arbitrage ne se fasse en fonction d’autres représentations collectives que celles héritées du passé. Pierre Samuel, écologiste de la première heure, avait intitulé son ouvrage des années 70, « l’écologie, détente ou cycle infernal ». Nous nous trouvons, aujourd’hui, le dos au mur face à une situation que nous aurions dû anticiper depuis longtemps, à savoir celle représentée par les limites de la croissance que dans tous les domaines, social comme environnemental, nous avons outrepassé. Il nous faut désormais travailler d’arrache pied à déminer et à détendre cette machine infernale, non pas pour rendre illusoirement le développement durable mais pour aboutir à un équilibre durable entre non seulement l’homme et la nature mais également entre les hommes eux-mêmes. Mais tout cela n’ira pas sans ce renoncement à ces rêves de puissance et de richesse que seul un sursaut spirituel de la part de chacun de nous peut provoquer. Comme le veut le proverbe, il n’est jamais trop tard pour bien faire, surtout lorsque cela peut servir d’exemple aux générations à venir et aux peuples qui sont actuellement en proie à la fascination du développement. En toute hypothèse, les choix à faire pour l’avenir au plan individuel comme collectif seront durs à assumer.

 

Simon CHARBONNEAU

Maître de Conférence honoraire

Professeur de Droit de l’Environnement à l’Université de Bordeaux Montesquieu.

12:34 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (1)

19/03/2008

OLS

261139977.jpgIl n'est pas dans mes habitudes de faire des recommandations. Pourtant, ce mois-ci est sorti le numéro 17 de l'OFFENSIVE, un trimestriel qui coûte seulement 3 euros et qui, dans le contexte économique et sociale, peine à survivre alors que cette revue est de salubrité publique. Ce numéro de mars 2008 s'intitule "un commerce sans capitalisme". Voilà de quoi apporter un bel argumentaire aux visiteu/SE/r/S de ce blog. Un balayage historique de notre société mercantile, un tableau sans concession ni complaisance des alternatives au capitalisme marchand (des difficultés des "SEL"s aux limites du commerce équitable, de la récup' à tout niveau aux systèmes alternatifs de distribution) à l'heure de la mondialisation, un tableau non exhaustif mais édifiant sur le commerce et ses motivations.  Sans oublier les chroniques habituelles de cette excellente publication (sur la technoscience, sur les contre cultures, sur des sujets d'actualités politiques ou sociales). En vous souhaitant une bonne lecture, une grande motivation pour les combats à mener dans les semaines et les mois à venir, en cette année 2008 et au delà. Pacifiquement vôtre.

 

Jafar m'Bajaba"

 

Sommaire :

 

En bref ici

Analyses

 

Spectrographie de l¹esclavage

L¹informatique contre l¹écologie

Dissolution de la CNIL

 

Dossier «Un commerce sans capitalisme»

 

Un commerce équitable est-il possible ?

La mondialisation près de chez nous

Exploitation à tous les rayons

Le café équitable est bien soluble dans le capitalisme

Les chemins sinueux de l¹alternative

Commerce et justice sociale ?

De la récup¹ individuelle à la coopérative

Les free stores

Le don, échange anti-économique

Les magasins du temps

 

Horizons

 

à propos de quelques eco-saboteurs

En bref ailleurs

 

Entretien Quand la science construit le sexe

Contre-culture Livres Musique Arts vivants-ciné

 

Disponible par correspondance (3.5 € - ordre "Spipasso") à OLS/Mille Bâbords, 61 rue Consolat, 13001 Marseille ou dans les bonnes librairies.

 

http://offensive.samizdat.net/

 

 

11:31 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décroissance