Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2010

Le Café Décroissant


Guy Debord et le concept de « spectacle » :

sens et contre-sens.


A l'heure où les archives de Guy Debord au printemps 2009 ont été classées « Trésor national » français - un comble pour ce personnage qui « n'était pas mal connu, mais connu comme le mal » (Asger Jorn) -, il nous a semblé judicieux de revenir sur la théorie du Spectacle, mais d'une manière particulière. Revenir sur un personnage paradoxalement très connu de nom, mais peu compris dans sa pensée car théoriquement réputé difficile. Car quantité d'auteurs se réclamant aujourd'hui de Debord, usent et abusent du terme de « spectacle », en l'utilisant à tout bout de champs, pour dire souvent tout et n'importe quoi : ce serait une critique des médias, une critique de la publicité, une critique de la « peopolisation » de la politique, voire carrément ce serait un refus de l'image, etc. Tout y passe. Pourtant La société du spectacle, en proposant à notre intelligence du monde marchand, une nouvelle théorie du fétichisme de la marchandise, réintroduit une critique du capitalisme.


Ce mois-ci, le philosophe Gérard Briche (Université Lille III) sera notre invité. Son idée sera de préciser de la manière la plus claire toutes les notions qui naviguent autour de l'usage situationniste de « spectacle » (aliénation, réification, etc.) et d'indiquer tous les contresens, délibérés ou non, souvent faits sur ces notions. Son exposé sera intitulé :


« Critique de la réification, réification de la critique (les usages de la  notion de "spectacle") ».


et aura lieu,

 

Le vendredi 28 mai à 21h et au Guillotin

 

Vaste programme. !

Bibliographie indicative : Guy Debord, La Société du spectacle ; l'auteur que nous avions accueilli déjà en février, Anselm Jappe, a écrit aussi un livre qui fait référence en la matière (y compris pour le principal concerné) Guy Debord, Denoël, réédition 2001 (1992); et du même auteur L'Avant-garde inacceptable. Sur Guy Debord, Léo Scher, 2004, qui se compose d'un recueil d'articles sur ce sujet.


Signalons également, en lien avec le thème de cette soirée, trois textes de Gérard Briche disponibles sur la toile :

Le spectacle comme illusion et réalité

L'origine de l'homme est encore devant nous. (Ou en audio)

Pourquoi la crise s'aggrave : la croissance ne crée pas de richesse mais de  la pauvreté

Venez Nombreux !

 

 

cowboysq.jpg

 

 

17/03/2010

Le Café Décroissant

charbonneaud=web.JPG

12/02/2010

Conférence Débat

 

affichejappe-pour-web.gif

Et si la crise que nous vivons n'était pas passagère ? Et si tous les plans de relance, et autre Green New Deal, étaient vains ?


Tel est, en tout cas, le point de vue que défendra Anselm Jappe : la « contradiction interne incurable » dont est victime notre société, depuis l'apparition du capitalisme, n'est plus surmontable.


Que faire alors ? Faut-il continuer à demander aux gestionnaires de la catastrophe, plus de pouvoir d'achat, des emplois pour tous, un meilleur service public, un renforcement de l'Etat pour lutter contre le libéralisme  ? Ou encore, pour satisfaire les écologistes, est-il suffisant de réclamer une administration durable du désastre ?


Toutes ces revendications, qui finalement se limitent soit, à vouloir modifier le mode de distribution des richesses (pour un mode plus juste, plus durable, etc.) soit, à vouloir changer les dirigeants (pour de plus honnêtes, de plus intègres, etc.), sont, pour Anselm Jappe, incapables d'aboutir à la moindre amélioration de nos vies  ! C'est comme de demander à de l'eau de ne pas mouiller !


Celles-ci ignorent, en effet, que le fonctionnement même du capitalisme, loin d'obéir à une volonté consciente de ses sujets, est plutôt le fruit d'une dynamique aveugle, automate et impersonnelle qui nous échappe tous : la dynamique de la valeur.


Valeur ? Le mot est lâché ! Mais qu'est-ce que la valeur ?

Et le travail  ? Est-il naturel ? A-t-il toujours existé dans l'histoire ? N'est-il pas une invention relativement récente, à la fois lien social, forme de richesse (la valeur), mais aussi rapport indirect à la nature ?


Pour en savoir plus sur ces questions, et beaucoup d'autres,


Venez nombreux ! Entrée libre et gratuite