Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2016

Le café des croissants

Le prochain café décroissant se déroulera le vendredi 24 juin, à 21h et au Guillotin. Au cours de cette soirée, qui marquera la fin de la saison, nous recevrons Armel Campagne qui nous donnera un exposé sur le thème :

 

« Le Capitalocène.

 

La dynamique écologique du

capitalisme»

decroissant-capitalocene.jpg

 

Présentation : Nous sommes entrés dans « l’Anthropocène »[i], « nous » sommes responsables du dérèglement climatique, d’une extinction massive des espèces, d’une déforestation tropicale et d’une destruction des environnements sans précédents, d’une pollution et d’une érosion historiquement inédites.

 

Peut-on, pour autant, incriminer un Anthropos indifférencié, une espèce complète, et en appeler à un « bon Anthropocène » techno-scientifique et à un capitalisme « vert » ?

 

Et s’il s’agissait plutôt, comme l’affirment Andreas Malm, Jason Moore[ii], John Bellamy Foster[iii] et des auteurs issus du courant dit de « critique de la valeur »[iv], d’un Capitalocène, d’une dynamique socio-historiquement spécifique aux conséquences écologiques également spécifiques, celle du capitalisme, et appelant donc à une sortie conjointe de « l’Anthropocène » et du capitalisme ?

 

C’est cette hypothèse qu’on développera.

 

Armel Campagne est étudiant du Master d’Histoire des sciences, technologies et sociétés de l’EHESS (Centre Koyré). Il participe depuis plusieurs années au courant dit de « critique de la valeur » dans l’optique de l’élaboration d’une théorie critique radicale du capitalisme, et effectue des recherches autour du Capitalocène.

 

En espérant, vous y rencontrer !

 

 

 

[i] Bonneuil, Christophe et Fressoz, Jean-Baptiste, L’événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, 2013 ; Andreas Malm et Alf Hornborg, "The geology of mankind ? A critique of the Anthropocene narrative", The Anthropocene Review, 7 janvier 2014.

[ii] Moore, Jason W., Capitalism in the Web of Life: Ecology and the Accumulation of Capital, Verso, New York, 2015 ; (coll.), Anthropocene or Capitalocene ? : Nature, History, and the Crisis of Capitalism, New York, PM Press, 2016.

[iii] Foster, John Bellamy, Marx’s Ecology. Materialism and Nature, New York, Monthly Review Press, 2000 ; Foster, John Bellamy, The Ecological Rift. Capitalism’s War on the Earth, New York, Monthly Review Press, 2010 ; Foster, John Bellamy, Marx écologiste, Paris, Editions Amsterdam, 2011.

[iv] Jappe, Anselm, « Éloge de la « croissance des forces productives » ou critique de la « production pour la production » ? Le « double Marx » face à la crise écologique », Les Possibles, n°3, Printemps 2014 ; Ortlieb, Claus Peter, « Droit dans le mur. De l’origine commune des crises écologique et économique », Illusio n°12/13, Lormont, Le Bord de l’Eau, 2015 ; Ortlieb, Claus Peter, « Ein Widerspruch von Stoff und Form. Zur Bedeutung der Produktion des relativen Mehrwerts für die finale Krisendynamik », Exit !, n° 6, 2008 [« Une contradiction entre matière et forme », traduit en anglais « A Contradiction between Matter and Form: On the Significance of the Production of Relative Surplus Value in the Dynamic of Terminal Crisis » dans Marxism and the Critique of Value, MCM’, Chicago, 2014] ; Postone, Moishe, Temps, travail et domination sociale, Mille et une nuits, 2009 [1993].