Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2015

Le café des croissants

 

decroisse-fabrique-homme-nouveau.jpg

Le prochain café décroissant se déroulera le mardi 10 février, à 2Oh et au Guillotin. Nous recevrons le sociologue Aurélien Berlan qui nous présentera son essai, paru en 2012 aux éditions La Découverte, intitulé :

"La fabrique des derniers hommes

Retour sur le présent avec Tönnies, Simmel et Weber"

 

Présentation : Quelles forces dirigent le monde ? Dans quelle(s) direction(s) nous poussent-elles ?

Au delà des institutions politiques et des partis, qui ne proposent finalement que "l'alternance unique", selon le mot de J-C Michéa, il est des puissances révolutionnaires bien plus profondes qui impriment une direction bien particulière au monde. Ainsi en est-il de la dynamique capitaliste, de l'Etat moderne, mais aussi de la technoscience qui bouleversent sans cesse notre quotidien.

A l'aube de notre époque, certains intellectuels, à la pointe de la réflexion sur les maux de l'âge industriel, ont su saisir sur le vif ces puissances émergentes. Ces "pères fondateurs de la sociologie allemande", à savoir Ferdinand Tönnies (1855-1936), Georg Simmel (1858-1918) et Max Weber (1864-1920), nous ont ainsi offert des clefs d'interprétations qui permettent, aujourd'hui encore, de dresser une critique "anticapitaliste" radicale.

Chacun de ces "pères fondateurs" a su en effet mettre en évidence différents aspects des nouveaux rapports sociaux engendrés par le développement de ces puissances inédites: Tönnies donne ainsi une analyse fondatrice de la notion de perte de lien social, Simmel, lui, a mis en lumière les répercussions culturelles de la marchandisation des liens et des biens, et Weber, enfin, a mis en évidence le renforcement moderne des logiques gestionnaires et disciplinaires et ce qui en résulte : perte de liberté et perte de sens, bureaucratisation et désenchantement.

Ce retour en arrière, à la naissance de notre monde, permettra de la sorte de mieux comprendre le présent et, de cette façon, poser, du moins peut-on l'espérer, un diagnostic plus juste sur notre société et surtout sur la manière de penser aujourd'hui l'émancipation sociale.

En espérant vous rencontrer à cette occasion,

Les décroisseurs Berrichons

 

index.jpg

 

Commentaires

Etonnant de voir JC Michéa, loué par ailleurs par le Figaro, être cité sur cet excellent blog (bravo pour votre "travail" d'édification au travers de l'organisation des cafés décroissants). Pour comprendre un peu mieux Michéa, et le sous produit merdique dont il est proche (Soral), voici une belle référence :

http://blogs.mediapart.fr/blog/jacques-bolo/190614/jean-claude-michea-les-mysteres-de-la-gauche

Écrit par : heKtor | 06/02/2015

Salut !
Un frangin ou une frangine, le sexe est encore inconnu, est en train de naître en Haute-Normandie. Voir http://gorgerouge.olympe.in/
Au plaisir !
Robin alias Gorgerouge.

Écrit par : Robin Branchu | 20/03/2015

Bienvenu à vous !

Je vous souhaite d'avoir de fructueuses discussions comme nous en avons souvent à Bourges.

Saluts décroissants !

Écrit par : mozi | 24/03/2015

Les commentaires sont fermés.