Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2014

Le Café des croissants

 

decroisse-57-money.jpg

 

Le prochain café des croissants aura lieu vendredi 23 janvier à 21 heures au Guillotin. Celui-ci sera consacré aux Monnaies Locales Complémentaires (MLC) et plus particulièrementau lancement d’une telle MLC dans le Berry.

Nous recevrons à cette occasion Célina Whitaker,coordinatrice nationale de la mise en place de la MLC de Toulouse lors de sa phase d'expérimentation entre 2004 et 2009, et membre du réseau nationale des MLC (voir http://monnaie-locale-complementaire.net/) et Stéphane Fimat membre de la MLC de Gironde.

Cette soirée sera suivie, le lendemain, d’un atelier dédié davantage aux modalités pratiques.

 

« Une Monnaie Complémentaire en Berry ? »

 

Présentation : La MLC, ou Monnaie Locale Complémentaire, est un outil au service de l'économie sociale et solidaire, permettant de préserver la circulation monétaire au sein d'un même territoire, dans des circuits de services et de productions qui soutiennent un intérêt réel pour la population locale et son économie. Ces MLC se présentent sous la forme de "billets de banque", mais n'en sont cependant pas puisqu'ils sont émis par les associations porteuses des projets MLC, et sous la forme juridique de bon d'achats (comme peut l'être un ticket restaurant par exemple).

 

Nous présenterons lors de cette conférence-débat l'historique des MLC et les différentes initiatives en France et à travers le monde, sans oublier bien sûr l'initiative berrichonne débutée en 1956 par la mairie de la "Commune Libre de Lignières-en-Berry". Nous discuterons des avantages des monnaies locales, des différentes possibilités d'émissions, et des potentiels risques et limites de l'usage de ces monnaies, ainsi que de l' "œil" de l'administration nationale vis à vis de ces initiatives citoyennes.

 

Aujourd'hui une quinzaine de monnaies locales sont en circulation sur le territoire français, et une vingtaine de nouvelles devraient prochainement voir le jour. La première ayant eu lieu en 2010 à Villeneuve-sur-Lot. Il n'existe cependant pas aujourd'hui de projet de mise en place d'une MLC dans le Cher.

 

Nous invitons donc tous ceux intéressés à ce sujet, et tout particulièrement ceux qui souhaiteraient s'engager dans un tel projet, de participer à cette soirée café des croissants.

 

Le lendemain, un atelier pratique pour la mise en place d'une MLC berrichonne aura lieu à Vierzon, au local de l'association ICCTD (Initiatives Culinaires et Culturelles des Terroirs pour le Développement). Signalons qu’il sera possible de déjeuner sur place moyennant réservation et la modique somme 10€ ou bien encore d’apporter son propre repas.

 

A des fins d’organisation, nous vous remercions de bien vouloir signaler votre participation à cet atelier par mail (ici : decroissance_bourges@yahoo.fr) dès que possible.

05/12/2014

Le Café des croissants

decroisse-56-vivreetsurvivre.jpg

Le prochain café des croissants aura lieu vendredi 12 décembre, à 21 heures au Guillotin. Céline Pessis (historienne, auteur de l'ouvrage Survivre et vivre paru aux éditions L'échappée), Florent (du groupe Oblomoff) et Steeve (des décroisseurs berrichons) retraceront l'histoire d'Alexandre Grothendieck et du groupe Survivre et vivre, pionniers de l'écologie politique dans les années 1970 et critiques de la science. Ce débat se situera à contre-courant de tant de manifestations d'universitaires qui réclament plus de subventions.

 

Présentation :

 

« Ne sauvons pas la recherche »

 

Toute la représentation politique, de gauche à droite, en appelle à « l'innovation ». Pour relancer l'économie, pour gagner en compétitivité, il faut sans cesse déverser de nouvelles technologies, investir davantage dans les laboratoires, développer les technopôles, soutenir les start-up... La recherche est sanctifiée : le salut doit venir des technosciences, censées redresser le pays et apporter des réponses à tous les enjeux auxquels nous sommes confrontés.

Dans les années 1970, le groupe Survivre et vivre ferraillait déjà contre cette sacralisation de la science. Réunis autour du mathématicien Alexandre Grothendieck, récemment décédé, ces scientifiques dissidents montraient que la recherche jouait un rôle de premier plan dans la course à la puissance, dans le développement du complexe militaro-industriel, dans l'artificialisation du monde, la destruction de la nature et de la liberté. Comme l'écrivait Grothendieck : « Trop souvent la recherche a servi à l'avilissement de l'homme, depuis le début de la révolution industrielle jusqu'à aujourd'hui, où elle risque de devenir l'outil pour sa destruction finale. »

Pour aller plus loin en attendant :

La brochure "Allons-nous continuer la recherche scientifique ?" Par A. Grothendieck est disponible ici par là et pour une version de cette conférence donnée en 1972, en audio, c'est par ici.