Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2014

Le Café des Croissants

decroisse-50-sortirdeleconomie.jpg

Bonne année à toutes et à tous !

Nous vous souhaitons tous nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Puisse 2014 vous apporter joie, bonheur, santé, prospérité et, qui sait, une nouvelle forme de vie moins mutilante au-delà du capitalisme et de la société croissanciste !

D’ailleurs, le prochain café des croissants, qui se déroulera le vendredi 31 janvier, comme d’habitude, à 21h et au Guillotin, permettra, peut-être, d’envisager le début d’une nouvelle ère puisque celui-ci sera consacrée à :

 

La Sortie de l’Economie

 

A cette occasion Denis et Steeve présenteront le bulletin Sortir de L’économie (disponible ici : http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/) et plus particulièrement le recueil, publié aux éditions Le Pas de Coté, de certains textes extraits du bulletin revus et augmentés (voir ici : http://www.lepasdecote.fr/?p=566 )

Il sera de la sorte question de revenir sur le contexte qui a mené à la création du bulletin, du positionnement initial de ses auteurs ainsi que de son évolution. Bien sûr, ce sera également l’opportunité de présenter quelques textes et surtout les idées fortes qui les structurent.

Présentation : Face à la « crise » omniprésente qui caractérise notre époque, de timides discours indignés préconisent taxation des flux financiers, redistribution fordiste, régulation étatique, relance de la consommation, revenu inconditionnel… Ces bonnes intentions inoffensives nous cantonnent à une remise en cause superficielle des excès du libéralisme et nous maintiennent à perpétuité dans le ventre de la baleine économique. Bien loin de ces atermoiements, quelques ennemis du meilleur des mondes fomentent une critique radicale qui secoue nos esprits endormis, saturés d’économisme. Il ne s’agit pas ici de remplacer une « mauvaise économie » par une « bonne », « alternative », « à visage humain ». Il s’agit d’arrêter de croire à cette religion de l’économie. De sortir de notre condition de rouages mutilés et interdépendants. De gripper la mégamachine qui nous broie.