Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2012

Le Café des Croissants

Gunther.jpg

 

C'est la rentrée ! Et, comme un peu tout le monde, nous reprenons tranquillement nos activités. Aussi, comme annoncé, nous commencerons cette nouvelle année par recevoir Philippe Gruca, le vendredi 28 septembre, au Guillotin et vers 21h, afin de répondre à la question suivante :

 

Pourquoi lire Günther Anders aujourd'hui ?

 

Philippe Gruca, est certainement une des personnes les mieux qualifiées pour nous entretenir du philosophe Günther Anders. En effet, outre une thèse (encore en cours) ayant pour sujet « L'échelle de la responsabilité. Günther Anders face à une question de taille. », Philippe Gruca participe pleinement à la réflexion théorique des milieux « écolo-décroissanto-anti-industriels » ne serait-ce qu'à travers ses divers articles publiés dans les revues l'Ecologiste et Entropia ou encore sa participation récente au colloque du Juin 2012 pour le centenaire de la naissance de Jacques Ellul.

 

Mais alors pourquoi lire Anders aujourd'hui ? Une première réponse c'est que vient d'être enfin publié aux éditions Fario, en français, le second tome de son œuvre principale « L'obsolescence de l'homme » (30 ans après son édition allemande). Une seconde c'est, bien évidemment, que les idées et la vision que nous propose G. Anders restent d'une étonnante actualité pour comprendre et, peut-être, agir dans le monde dans lequel nous vivons.

 

En deux mots, on pourrait dire que les réflexions de Günther Anders portent sur la transformation du monde par la technique qui, décidément, ne nous libère pas mais, bien au contraire, nous enchaîne à nos instruments (Ce qui peut le rapprocher de Jacques Ellul et explique que le premier tome de l'obsolescence de l'homme ait été publié par l'Encyclopédie des nuisances). Mais ce qui fait sa spécificité est certainement sa focalisation la question du « décalage entre nos différentes facultés ». Ainsi, pour ne prendre qu'un exemple, le nucléaire est paradigmatique : si l'homme est capable de fabriquer des centrales nucléaires il est en revanche incapable de concevoir pleinement ce qui signifie que des déchets radioactifs seront actifs pendant des centaines de milliers d'années ; cela dépasse son entendement. Il y a là un décalage entre le « faire » et le « concevoir ». Ceci dit les écrits de G. Anders touchent à de très nombreux domaines : la télévision, la radio, le travail etc. etc. Pour une présentation du premier tome voir ici : http://1libertaire.free.fr/GAnders22.html, pour le second : venez vendredi 28 septembre !

 

Enfin, rappelons les prochaines dates :

 

Vendredi 19 octobre :

Point sur les luttes contre l'Aéroport de Notre Dame des Landes.

Par Marion.

Vendredi 9 novembre :

« Crises » et critique de la valeur

Par Léon de Mattis, rédacteur dans Revue Sic et dont on peut consulter le blog : http://www.leondemattis.net/

 

 

En espérant vous rencontrer à ces occasions,


                                                               Les Décroisseurs Berrichons