Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2011

Le Café Décroissant

 

nizan-bourdieu-web.jpg

 

Le prochain Café Décroissant se tiendra le vendredi 28 janvier à 21h et au Guillotin et aura pour thème :

 

De Nizan à Bourdieu

Parcours de transfuges

 

Présentation :


      Paul Nizan, c’est d’abord le fils d’un ingénieur ferroviaire. C’est aussi un parcours scolaire : Henri IV, Louis Le Grand, l’ENS. Mais c’est avant tout un cheminement littéraire sur les voies d’un engagement communiste, c’est une histoire de journaliste, de pamphlétaire et de romancier.


      Parcours identique pour Bourdieu, fils d’un facteur du Béarn, il fera de brillantes études sur les traces de Nizan et va développer une théorie puissante et riche, articulée autour de quelques concepts majeurs : l' « habitus », le « pouvoir symbolique », les « champs », le « capital culturel ». Le travail de Pierre Bourdieu se développe autour d’une intuition, une idée-force qu’il va appliquer à de nombreux objets : l’école, la culture, la politique, la science et même le sport.  Cette intuition fondatrice de Bourdieu, se résume en une formule : les idées pures n’existent pas.


      Si la sociologie de Bourdieu offre sans doute aujourd’hui l’un des meilleurs outils pour comprendre l’œuvre de Paul Nizan, ce n’est pas parce que le sociologue aurait été influencé par l’écrivain, mais parce qu’une commune expérience sociale de transfuge les lie secrètement.

 

 

Prochaines dates :

 

Deux dates sont actuellement fixées pour les mois à venir :

 

Le vendredi 4 mars : Au sujet de la loi loppsi 2 avec pour intervenante Sylvie de l’association CHEYEN (qui pourra arriver jusqu’à nous grâce à la collecte d’argent faite lors du dernier café !)

 

Le mercredi 25 mai aux beaux-arts : Serge Latouche, que je ne présente pas, viendra nous parler de la sortie de l’économie. Le titre exact de la soirée reste cependant encore à définir.

 


Les commentaires sont fermés.