Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/12/2010

Le Café Décroissant

Le prochain Café Décroissant se tiendra le vendredi 17 décembre à 21h et au Guillotin et aura pour thème :

 

Sortir de l’économie !

 

Présentation :

 

Des sociétés sans économie ?

Ou comment l’économie a été inventée.

 

Serge Latouche, un des penseurs de la décroissance écrit quelque chose de complètement impensable pour de nombreux anticapitalistes, écologistes et même parfois objecteurs de croissance : alors qu’elle domine aujourd’hui totalement nos vies quelle traverse de part en part, l’économie est une pure invention sociale et historique, assez récente, qui n’a pas toujours existé !

 

Parce qu’elle est la cause de mutilations graves de potentialités humaines, de souffrances et d’une destruction en règle de la nature, il faut carrément, dit-il, « sortir de l’économie ».

 

Citation : « En réalité, dans les milieux écologiques ou de la gauche radicale, ce sont l’incompréhension et le refus viscéral de « sortir de l’économie » qui sont à l’origine de cette allergie [envers la radicalité de ce que présuppose le mot ‘‘ décroissance ’’] Il ne s’agit pas de substituer une ‘‘ bonne économie ’’ à une ‘‘ mauvaise ’’, une bonne croissance ou un bon développement à de mauvais en les repeignant en vert, ou en social, ou en équitable, avec une dose plus ou moins forte de régulation étatique ou d’hybridation par la logique du don et de la solidarité, mais de sortir de l’économie. » (S. Latouche, « La Gauche peut-elle sortir de l’économie ? », dans la revue du MAUSS permanente, 8 octobre 2009).

 

Il s’agira donc de dégager un cheminement possible dans cette direction, qui, étant donnée la hauteur des enjeux contemporains, se trouve être beaucoup plus réaliste, responsable et pragmatique que tous les discours qui tentent d’aménager l’économie telle qu’elle ne va pas, c’est-à-dire qui discutent toujours de la longueur de la laisse et de la couleur du collier.

 

Est-ce qu’en effet toute société dans l’histoire est construite comme une réponse à de supposées questions primordiales et invariantes posées aux individus (par la nature et la biologie) qui seraient « comment se nourrir ? », « comment s’abriter ? », « comment se protéger ? » L’économie est-elle vraiment une sphère naturelle et évidente qui aurait existé dans toutes les sociétés ? Et si tel n’est pas le cas, qu’est-ce qui se trouve alors au fondement des sociétés non-capitalistes passées si ce n’est pas l’économie ? Qu’en pensent les anthropologues et historiens ?

 

Plus encore, si ces sociétés ne connaissaient pas d’économie, qu’est-ce qui distingue fondamentalement le noyau de ces sociétés passées de celui de nos sociétés capitalistes où toute la société tourne autour et pour l’économie ? Comment finalement l’économie a été inventée et quels sont ses principes qui ont réduit nos vies à de simples « vies économiques » ?

 

Clément tentera vendredi soir de dresser une sorte de cartographie des réponses possibles à ces questions, au travers de travaux récents d’anthropologues et historiens et de la « critique de la valeur » proposée par Moishe Postone ou Anselm Jappe. 

 

En espérant vous rencontrer à cette occasion,