Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/10/2010

Bon Festival !

Voici le tract que nous avons distribué lors du festival international du film écologique de Bourges.

Malheureusement, au terme de celui-ci, nous n'avons pu attribuer aucun prix. Certains films étaient certes intéressants et de qualités, il faut le reconnaître, mais aucun (sauf erreur de notre part car nous n'avons pu tout voir) n'a traité le sujet de l'écologie comme nous l'aurions souhaité, à savoir, a minima, en pointant clairement que la crise écologique  trouve sa source dans la forme de vie sociale présente, c'est-à-dire le capitalisme, et qu'il ne sera incidemment possible de surmonter la catastrophe environnementale qu'à la condition de sortir définitivement de l'économie de croissance...

Merci à tous ceux qui ont participé à cette action !


Compétition écologie politique

PRIX BERNARD CHARBONNEAU

 

Si pour notre maire, « 2010 est l’année charnière du développement durable et de l’Ecologie en particulier », pour nous, 2010 marque avant tout le 100ème anniversaire de la naissance du précurseur de l’écologie politique : Bernard Charbonneau. Aussi, afin de lui rendre hommage, avons nous décidé d’ajouter aux trois compétitions officielles de ce festival une 4ème , officieuse : la compétition écologie politique au terme de laquelle le film primé se verra attribuer le prix honorifique B. Charbonneau.

 

L’écologie pour le meilleur et pour le pire !

 

Si l’on n’y prend garde, en effet, l’écologie peut tout autant déboucher sur un « enfer vert », un éco-fascisme, que sur une éco-démocratie. Aujourd’hui, alors que le « feu passe au vert » et que le rouleau compresseur du développement durable aplanit tout esprit critique en ne laissant subsister qu’une opposition manichéenne entre les bons (ceux qui défendent l’environnement) et les méchants (les vilains négationnistes de l’effondrement climatique), il nous semble, plus que jamais, nécessaire de distinguer leur écologie de la nôtre.

 

Comment reconnaître les deux âmes de l’écologie ?

 

Un discours type de leur écologie serait : « L’espèce humaine est en danger ! Pour assurer la survie des générations futures il n’y a pas de choix ! Seuls ceux qui savent, les experts et/ou l’élite éclairée, sont capables d’identifier les solutions techniques nécessaires qui devront être imposées par l’Etat afin d’entrer dans une nouvelle ère de croissance garantissant ainsi la continuité harmonieuse de notre société dans une stratégie gagnant-gagnant ».

 

A contrario, nous tenons le discours suivant :  « Crise sociale et crise environnementale ne font qu’une ! En ce moment même, des individus souffrent. C’est pourquoi, dès à présent, nous souhaitons changer radicalement de forme de vie sociale. Nous aspirons à une société conviviale dans laquelle les citoyens s’organiseront ensemble afin de pouvoir choisir, en toute autonomie, leurs besoins et les moyens de les satisfaire. Nous voulons partager les richesses pour que chacun puisse jouir d’une vie décente. Bien sûr, comme cette rupture avec le désordre établi menace les intérêts des riches et des puissants (qui sont aussi les plus pollueurs !) sa réalisation passe par la reconnaissance des conflits et des inégalités qui traversent notre société. »

 

Ouvrons l’oeil et le bon !

 

Cette année, 24 films seront projetés. Il est certain que la litanie soporifique du développement durable aura la part belle. Néanmoins, il est toujours loisible de rêver, on ne sait jamais, peut-être un film sortira-t-il du lot et traitera de l’écologie comme feu Bernard Charbonneau l’aurait souhaité, nous permettant, dès lors, d’attribuer le prix éponyme.

 

Quoiqu’il en soit, efforçons-nous d’exercer notre esprit critique et ne cédons pas aux sirènes de la croissance verte !

 

Bon Festival !

 

Le tract:  

 Tract 

 

La présentation de Bernard Charbonneau :

 

Brochure Charbonneau

Les commentaires sont fermés.