Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2010

Le Café Décroissant


Guy Debord et le concept de « spectacle » :

sens et contre-sens.


A l'heure où les archives de Guy Debord au printemps 2009 ont été classées « Trésor national » français - un comble pour ce personnage qui « n'était pas mal connu, mais connu comme le mal » (Asger Jorn) -, il nous a semblé judicieux de revenir sur la théorie du Spectacle, mais d'une manière particulière. Revenir sur un personnage paradoxalement très connu de nom, mais peu compris dans sa pensée car théoriquement réputé difficile. Car quantité d'auteurs se réclamant aujourd'hui de Debord, usent et abusent du terme de « spectacle », en l'utilisant à tout bout de champs, pour dire souvent tout et n'importe quoi : ce serait une critique des médias, une critique de la publicité, une critique de la « peopolisation » de la politique, voire carrément ce serait un refus de l'image, etc. Tout y passe. Pourtant La société du spectacle, en proposant à notre intelligence du monde marchand, une nouvelle théorie du fétichisme de la marchandise, réintroduit une critique du capitalisme.


Ce mois-ci, le philosophe Gérard Briche (Université Lille III) sera notre invité. Son idée sera de préciser de la manière la plus claire toutes les notions qui naviguent autour de l'usage situationniste de « spectacle » (aliénation, réification, etc.) et d'indiquer tous les contresens, délibérés ou non, souvent faits sur ces notions. Son exposé sera intitulé :


« Critique de la réification, réification de la critique (les usages de la  notion de "spectacle") ».


et aura lieu,

 

Le vendredi 28 mai à 21h et au Guillotin

 

Vaste programme. !

Bibliographie indicative : Guy Debord, La Société du spectacle ; l'auteur que nous avions accueilli déjà en février, Anselm Jappe, a écrit aussi un livre qui fait référence en la matière (y compris pour le principal concerné) Guy Debord, Denoël, réédition 2001 (1992); et du même auteur L'Avant-garde inacceptable. Sur Guy Debord, Léo Scher, 2004, qui se compose d'un recueil d'articles sur ce sujet.


Signalons également, en lien avec le thème de cette soirée, trois textes de Gérard Briche disponibles sur la toile :

Le spectacle comme illusion et réalité

L'origine de l'homme est encore devant nous. (Ou en audio)

Pourquoi la crise s'aggrave : la croissance ne crée pas de richesse mais de  la pauvreté

Venez Nombreux !

 

 

cowboysq.jpg