Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2009

Le consensus

consensus.jpg

19/09/2009

Taxe Carbone : pour ou contre ?

 

Gorz.jpg

Voici un méta-extrait (un extrait des extraits) de l’œuvre d’André-Gorz issu du site : http://92.243.4.248/spip.

 

Alors qu’aujourd’hui certains « écologistes » se réjouissent de la mise en place de la taxe carbone, il nous a, malheureusement, semblé opportun de reproduire ici les propos que tenait feu André Gorz sur les ambivalences de l’écologie :

 

« La prise en compte de contraintes écologiques par les États se traduira alors par des interdictions, réglementations administratives, taxations, subventions et pénalités. Elle aura donc pour effet de renforcer l’hétérogulation du fonctionnement de la société. Ce fonctionnement devra devenir plus ou moins « éco-compatible » indépendamment de l’intention propre des acteurs sociaux. Des « media régulateurs » tels que le pouvoir administratif et le système des prix sont chargés de canaliser les comportements des consommateurs et les décisions des investisseurs vers un but qu’ils n’auront besoin ni d’approuver ni de comprendre pour le réaliser. Ils le réaliseront parce que l’administration aura su fonctionnaliser les motivations et les intérêts individuels en vue d’un résultat qui leur demeure étranger. L’hétérogulation fiscale et monétaire a, selon ses partisans, l’avantage de conduire au but de l’éco-compatibilité sans que les mentalités, le système des valeurs, les motivations et les intérêts économiques des acteurs sociaux aient à changer. Au contraire, c’est en faisant fond, tout en les manipulant, sur ces motivations et ces intérêts, que le but sera atteint. »

 

 

« L’écologie, à la différence de l’écologisme, n’implique pas donc pas le rejet des solutions autoritaires, technofascistes. Il importe d’en être conscient. Le rejet du technofascisme ne procède pas d’une science des équilibres naturels mais d’une option politique et de civilisation. L’écologisme utilise l’écologie comme le levier d’une critique radicale de cette civilisation et de cette société. Mais l’écologie peut aussi être utilisée pour l’exaltation de l’ingénierie appliquée aux systèmes vivants. »

 

Source : http://92.243.4.248/spip/spip.php?article242

 

17/09/2009

C'est la rentrée !

 

Logo-Decroisseur_NB.4.jpgContrairement à ce que l’activité du site pouvait laisser croire les Décroisseurs Berrichons ont bien fait leur rentrée !

Les deux premiers week-ends ensoleillés de septembre ont en effet été l’occasion pour nous de prêcher la bonne parole lors des éco-festivals de Morogues et de Saint Laurent.

Mais que ceux qui ont manqué ces manifestations conviviales se rassurent ! Nous reprendrons très prochainement nos activités de propagandistes puisque nous serons présents, cette année encore, au Festival International du Film Ecologique de Bourges qui aura lieu du 9 au 11 octobre. Comme à notre habitude nous y proposerons à un large choix de livres, de brochures et de tracts destinés à pulvériser l’idéologie mortifère de la sacro-sainte croissance !

Par ailleurs, les dates et les thèmes des deux prochains Café Décroissant sont désormais arrêtés. Nous avons ainsi programmé au Guillotin les deux soirées suivantes :

 


Le Consensus :

Pourquoi ? Comment ?

le vendredi 23 octobre à 21 h par Fab.

 


Surfer sur la crise :

science, conscience et art

le vendredi 27 novembre à 21 h par Bruno.

 


Bien sûr d’autres soirées viendront mais les thèmes sont, pour l’instant, en discussion.

En espérant vous voir nombreux lors de ces prochaines rencontres !

 

Les Décroisseurs Berrichons