Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2007

La décroissance est inéluctable !

69e96b4735f56561bc593c2938207914.jpg La production mondiale de pétrole a atteint son pic en 2006, avertit l'EWG

 

LONDRES - La production de pétrole dans le monde a atteint son pic en 2006, et devrait décliner de moitié d'ici 2030, a prévenu lundi l'institut Energy Watch Group, lors d'une conférence sur le "pic pétrolier" ("peak oil") organisée à Londres.

 

"Cela créera un manque de production qu'il sera difficile de combler malgré l'exploitation grandissante d'autres énergies fossiles, du nucléaire ou de sources alternatives", met en garde l'Energy Watch Group (EWG), défenseur de la thèse du "pic pétrolier".

Selon les chiffres publiés par l'EWG, le monde a produit 81 millions de barils par jour (Mbj) en 2006. En 2020, il devrait en produire 58 millions par jour, puis simplement 39 millions en 2030 - une baisse de plus de 50% par rapport aux niveaux actuels.

Cette hypothèse baissière contraste avec les projections de l'Agence internationale de l'Energie (AIE), qui table sur 105 Mbj en 2020 (extrapolation de l'EWG à partir d'une projection de l'AIE pour 2015), et 116 Mbj en 2030.

Selon l'EWG, l'AIE, comme les autres organismes qui contestent la théorie d'un épuisement déjà en cours des ressources fossiles, envoie aux milieux d'affaire un message dangereux, en supposant que l'approvisionnement en pétrole ira en s'améliorant, ce qui n'encourage pas l'industrie à s'atteler aux changements structurels nécessaires.

"Le système économique mondial est à l'aube d'un changement structurel", insiste le groupe d'étude, qui se veut indépendant de l'industrie pétrolière, au contraires de groupes d'études et d'agences telles que l'AIE, ou le CERA.

Pour l'un des intervenants invités par l'EWG, l'économiste britannique David Fleming, la raréfaction des ressources pétrolières ne sera pas sans conséquences sociales: "on pourrait aisément assister aux mêmes scènes d'agitation sociale de masse que celles survenues en Birmanie ce mois-ci", prévient-il, en référence au soulevement populaire qui avait pris racine dans le mécontentement des habitants après une hausse surprise et massive des prix des carburants.

L'économiste met en garde contre le risque d'"effondrement social", si les gouvernements ne préparent pas la transition vers les autres sources d'énergie.

(©AFP / 22 octobre 2007 13h27)

Source : Romandie News

20:23 Publié dans Pétrole | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.