Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2007

L'horreur touristique

b78908a8d6ee4f31cb12794c66eb6133.jpgPour ne pas s’ennuyer pendant cette période estivale et pour donner raison à ceux qui ne partent pas en vacances s’adonner au Tourisme. Nous vous conseillons la lecture du dernier numéro de la revue trimestrielle Offensive Libertaire et Social qui comprend un dossier très riche sur la bien nommée horreur touristique ! 

Présentation :

Le tourisme est un phénomène de civilisation. Il se développe alors que le monde s’industrialise et s'urbanise. Dans une société polluée et agressive, les individus stressés et oppressés par un travail rationalisé cherchent une compensation thérapeutique. Le monde idéalisé, épargné des ravages de la société industrielle que promeuvent les voyagistes les attire. Ils ont soif d'exotisme et de dépaysement. Ils veulent jouir d¹une pureté originelle fantasmée. Pourtant, l'industrie touristique vend ce qu'elle contribue à détruire. Le monde est alors mis en production et les villes se transforment en musée et les campagnes en parcs d'attractions géants. Tout se consomme, la nature comme les humains. Le marché globalisé des corps et des espaces se généralise, plus aucune zone ne doit être préservée. Au contraire, plus une zone apparaît protégée, plus elle attire, car la recherche d¹authenticité est devenu le leitmotiv de l¹industrie touristique. Des peuples se retrouvent ainsi folklorisés par ceux là même qui les ont déculturés et ont entraîné des désordres sociaux irréversibles. Cette horreur touristique ne concerne pas que les pays du Sud. Elle touche l'ensemble du monde et les flux se diversifient. La mise en concurrence des espaces est globale. Cette « touristification » participe de la spécialisation des territoires et du déploiement de monocultures qui déstructurent les sociétés. Le touriste lui-même, en partie responsable de cette situation, devient une marchandise que l'on échange et qui doit dépenser ce qu¹il a durement gagné tout au long de l’année.

 

Pour plus d’info voir le site : http://offensive.samizdat.net/

 

14:45 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : décroissance

12/07/2007

L'invention du contrôle

86a497b03ab670f00f745aaa1caf6d2a.jpgA ceux qui continuent de croire que les gesticulations pittoresques de la CNIL sont un rempart face au déferlement des techniques de contrôle qui s’emparent inexorablement du moindre aspect de notre de vie nous ne saurions trop conseiller la lecture de la dernière livraison de Pièces et Main et d’œuvre : L'invention du "contrôle", ou les complots du pouvoir. Les activistes grenoblois ne s’y trompent pas :

« Protectrice des fichiers et technologies policières, la CNIL est bien plus l'agence de développement du contrôle policier, que l'agence de contrôle du développement policier. Lui donner davantage de pouvoirs et de moyens revient à confier au Bureau de Vérification de la Publicité, le soin de la lutte contre la consommation. Toute contestation, au contraire, passe d'abord par son abolition, afin que la surveillance paraisse dans sa crudité. »

PDF - 288.1 ko 

 

Et plus encore sur le site :  http://www.piecesetmaindoeuvre.com/

 

07/07/2007

L'an 01

5ad754ad57b4844955a33484c2e6b55e.jpgL’an 01 était à l’origine une BD de Gébé publiée dans les années 70. Celle-ci fut ensuite adaptée au cinéma par Jacques Doillon. Introuvable pendant longtemps l’an 01 a été réédité en 2000 par la maison d’édition l’Association (très bon éditeur chez qui nous conseillons également la lecture de Galopu sauve la terre de Matt Konture). Drôle et stimulant c’est véritablement un film culte ! Son slogan central n’a rien perdu de sa pertinence : « On arrête tout et on réfléchit ! ».

Première partie 40 mn:

Seconde partie 44 mn :

14:25 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décroissance