Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2007

Serge Latouche en vidéo

Voici une présentation de la décroissance en images par l’économiste Serge Latouche. Bon visionnage :

 


Serge Latouche - La Décroissance
Uploaded by planetendanger


17:00 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : décroissance

Commentaires

Ancien élève à la faculté Paris XI j'ai eu la chance d'avoir Serge Latouche comme maitre de conférence et c'était de loin le plus interessant.
Son enseignement m'a fortement marqué et m'a permis, quelques années plus tard.., de prendre conscience des dysfonctionnements de nos économies et de la menaces écologique.

Écrit par : Dumas Eric | 07/05/2007

merci pour votre signature sur le chapeau de jean claude j'espére le
vendre tres cher au prochain forum pour étre complétement
immorale.... j'y ajouterai la signature de sarkoland... plus dsk...lang...
rocard... etc etc... enfin beaucoup de boulot... a bientot ... pour des jours meilleurs... vive la vie. edith bodart vaison la romaine
merci pour votre sagesse...apparente.

Écrit par : edith bodart | 02/09/2007

Sauf que le discours antitechno se contredit lorsqu'il prône la localisation des échanges et le retour au dialogue fraternel. L'internet n'est un outil dangereux pour la vie privée que lorsque l'on cède au consumérisme et que l'on refuse de savoir s'en servir; sans oublier d'en décourager les autres au passage parce qu'on est soi-même trop vieux pour avoir le courage d'apprendre ou d'accepter de devenir humble après avoir "fait" mai 68 et pas la guerre. Rien ne permet de dire que cet outil crée de la distance entre les gens; les révolutions arabes ont suffisamment prouvé l'inverse. Maintenant qu'il existe une possibilité de se parler dans toutes les langues et d'être compris dan le monde entier en un petit "clic".
Se voir c'est mieux, il faut donc encourager les hommes d'affaire à utiliser leurs jets privés, les ONGs les avions de ligne et construire des aéroports pour l'industrie touristique. Alors qu'on peut se réunir sur internet avec une dépense énergétique 0. Ah, j'oubliais l'énorme dépense pour l'entretien du réseau - comparée à ce qu'il permet d'économiser - et à l'énorme quantité solaire exigée par nos terminaux.. et si on faisait un peu confiance aux équipes de recherche et aux informaticiens quant à la réduction de l'obsolescence, on aura bientôt besoin de métaux rares tous les 20 ans pour une seule bécane. Mais non, il vaut mieux tirer à boulets rouges sur le seul outil qui nous permettra de nous en sortir, et d'invoquer Hannah Arendt en diabolisant la machine pour éviter de parler de miracle.

Écrit par : miluz | 25/12/2012

Cette génération de militants qui refuse de vieillir et qui nous terrorise sur le progrès scientifique parce qu'eux-même ont refusé de nous voir grandir, nous privent du "nomos" de nos combats qu'ils ont refusé de voir et d'encourager. Ces retraités par répartition et capitalisation prônent la critique du travail salarié, alors que ce même progrès met en application ses promesses de l'éradiquer depuis 20ans. Grâce à SON temps libre, elle a pris les rênes des ONgs et ce qu'elle appelle "la société civile" (c'est à dire eux) en enlevant de nos mains les outils subversifs de l'industrie, en réalité ne permettent qu'aux rentiers de le faire.
Ils s'étonnent de voir le capitalisme s'effondrer, sans réaliser que l'informatique est cette révolution qui l'a permis, surpassant en puissance la totalité des mouvements pour la libération sociale depuis plus de deux siècles. Mais c'est mieux de faire peur sur leurs perchoirs en accusant les médias de le faire.

Écrit par : miluz | 25/12/2012

Bonjour,

Comme le ton de votre message n'est pas axé sur la discussion mais plutôt sur l'invective, je ne prendrai pas le temps de relever tous nos points de désaccords. Quelques points toutefois. Vous dîtes :

« Sauf que le discours antitechno se contredit lorsqu'il prône la localisation des échanges et le retour au dialogue fraternel. »

Mais de qui parlez-vous au juste ? Je connais personne qui soit contre la technique ! Il ne s'agit pas de supprimer la technique ou d'être contre ! Ceci n'a aucun sens. Il s'agit plutôt de procéder à une analyse sociologique et de constater, par exemple, que la technique n'est pas neutre (elle induit certains usages, certaines formes sociales, etc) qu'elle est ambivalente (on ne peut séparer ses bons effets de ses mauvais) etc. etc. Une grande littérature existe aujourd'hui sur ce sujet (Ellul, Illich, Charbonneau Gorz, Mumford, Anders, Winner, etc.) Vous n'en avez rien lu et c'est bien dommage !

Vous poursuivez :

« L'internet n'est un outil dangereux pour la vie privée que lorsque l'on cède au consumérisme et que l'on refuse de savoir s'en servir; sans oublier d'en décourager les autres au passage parce qu'on est soi-même trop vieux pour avoir le courage d'apprendre ou d'accepter de devenir humble après avoir "fait" mai 68 et pas la guerre. »

Vous reproduisez ici le poncif du bon et du mauvais usage en restant au niveau de l'individu, mais il faudrait surtout prendre conscience de la transformation de la société tout entière que produit Internet. De la même façon que la voiture individuelle a refaçonné nos villes et nos campagnes (indépendamment du bon ou du mauvais usage : on prend sa voiture pour se déplacer c'est tout ! Un mauvais usage, c'est lorsque l'on a un accident!), Internet est en train de modifier en profondeur nos vies, nos rapports les uns aux autres, l'enseignement des jeunes, nos activités quotidiennes, etc. etc. d'une façon et pas d'une autre ! Quant à vos propos sur les vieux ils purement et simplement abjectes ! Par ailleurs, sachez, pour votre gouverne, que la critique de la technologie n'est pas l'apanage des seuls « vieux » !


Plus loin :

«Rien ne permet de dire que cet outil crée de la distance entre les gens; les révolutions arabes ont suffisamment prouvé l'inverse. »

Ce n'est pas parce que l'on se touche la main que l'on est proche ! Être proche c'est aussi se comprendre, partager ses joies, ses peines, etc. Or des individus-séparés qui se retrouvent pour manifester sur une place ne constituent aucunement une communauté politique, mais purement et simplement un agrégat d'hommes et de femmes qui forme une masse ! D'ailleurs les révolutions arabes n'ont pas permis de sortir de la société de croissance...

Etc. Etc.

Je m'arrête là.

Écrit par : mozi | 03/01/2013

Les commentaires sont fermés.