Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2007

Pourquoi cette brochure ?

medium_Grothendieck.jpg« Nous pensons maintenant que la solution ne proviendra pas d’un supplément de connaissances scientifiques, d’un supplément de techniques, mais qu’elle proviendra d’un changement de civilisation »

A. Grothendieck

 

Une nouvelle brochure est disponible sur ce site (rubrique document), en voici l'introduction : 

 

La science occupe dans l’imaginaire de notre civilisation industrielle une place fondamentale. Pièce maîtresse sur laquelle repose le mythe du Progrès, tout perfectionnement de celle-ci est, en général, perçue comme un bienfait. Est-ce bien si sûr ? En fait, nombre de chercheurs ont aboutit à la conclusion inverse. A savoir que le développement illimité des sciences et des techniques constitue la principale menace à la survie de l’humanité. Comment en sont-ils arrivés là ?

Le parcours d’Alexandre Grothendieck, auteur des deux textes qui suivent, est en ce sens exemplaire. Mathématicien d’exception (il obtient la médaille Fields, équivalent au prix Nobel, en 1966), ses questions sur le rôle de la science dans la société l’ont finalement amené à cesser toute activité de recherche.

L’analyse que nous livre Grothendieck est plus que jamais d’actualité. Aujourd’hui la technoscience est au service, non pas de l’homme, mais de la Croissance. Les conséquences funestes de cette fuite en avant sont désormais évidentes. Nous voici face à un désastre écologique (réchauffement planétaire, pollution chimique, nucléaire, …) doublé d’une tragédie sociale (misère morale et matérielle, perte du sens, sentiment d’impuissance, …).

Comment sortir de cette impasse ? Par les urnes ? Si comme l’a montré Jacques Ellul, « les lois de la science et de la technique sont placées au-dessus de celles de l’Etat, le peuple et ses représentants étant alors largement dépossédés de leur pouvoir [1]», alors il est raisonnable d’en douter. Comment alors ? Et bien, nous pensons que c’est par une transformation radicale de notre imaginaire collectif, autrement dit rien de moins qu’un changement de civilisation, que passe notre survie.

Brisons les mythes sur lesquels s’est édifiée la société occidentale. Ne soyons plus la dupe de la Science, du Développement, du Progrès, etc. Attelons nous à la construction d’une société de Décroissance frugale et heureuse.

[1] Jacques Ellul, Le système technicien, Calmann-Lévy, Paris, 1977

Les commentaires sont fermés.