Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2007

Grippe aviaire : le retour ?

medium_grippe-aviaire.jpgAlors que l’on compte désormais au moins 165 personnes mortes du virus H5N1 dans le monde depuis l’année dernière et que le risque d’une pandémie mondiale est bien réel, nos experts continuent, contre toute évidence, d’incriminer les oiseaux sauvages au lieu du vrai coupable qu’est l’industrie avicole.

Il vrai qu’il est bien plus facile de blâmer les oiseaux sauvages, puisque personne n'en est responsable, que de faire le procès de l’élevage industriel. Le fait que le dernier cas de grippe aviaire recensé provienne d’un élevage démesuré de 159000 dindes à Holton ne fait même pas sourciller les spécialistes. D’ailleurs, même l’absence du coupable officiel, c’est-à-dire les oiseaux migrateurs, à proximité de la zone touchée, ne fait douter ces mêmes spécialistes. Pas d’oiseaux migrateurs ! C’est donc les mouettes ! Le lien possible entre l'élevage anglais et l'une de ses filiales hongroises (lieu du précédent cas  en Europe) étant quant à lui jugé improbable … voir ici

Pourtant, de nombreuses ONG ont déjà souligné le rôle clef de l’élevage industriel tant dans l’apparition du H5N1 (la promiscuité de milliers de volailles favorise la mutation des agents pathogènes) que dans sa transmission. Comme le remarque le Dr R. Thomas de Birdlife : « Le tracé des cas de contamination suit les itinéraires des routes principales et des voies de chemin de fer, pas les voies aériennes. ». Les oiseaux migrateurs ne sont que des victimes. C’est le commerce international de la volaille qui est le principal responsable de la propagation de la grippe aviaire.

D’ailleurs tout se tapage médiatique vise uniquement à rassurer le consommateur. Il ne faudrait pas en effet que la peur fasse faiblir la consommation de volaille et par la même diminuer la sacro-sainte croissance économique. Mieux ! Certains experts pensent même pouvoir profiter de cette occasion pour doper la croissance ! Comme le rapporte le dossier très complet  de l’association GRAIN, la FAO et l’OIE note qu’ « il y a là des opportunités considérables pour la croissance économique, en particulier dans les zones rurales, à tirer de ce processus, communément appelé ‘Révolution de l’élevage’ » Faire perdre à un million de petits producteurs la source de leur revenu, en organisant la suppression totale des élevages de basse-cour en Asie, tout cela n’est rien en regard des bienfaits qu’apportera (bientôt) la déesse Croissance. Tout juste une piètre offrande.

 

L’élevage familial serait pourtant la meilleure solution pour se prémunir de la grippe aviaire. Comme le mentionne le rapport de GRAIN « La grippe aviaire n'évolue pas vers des formes fortement pathogènes dans des élevages de volaille de basse-cour, où la faible densité et la diversité génétique maintiennent la charge virale à des niveaux bas » et plus loin « Quand des fermes sont séparées de la source de la grippe aviaire fortement pathogène, le virus semble s'éteindre ou évoluer vers une forme moins pathogène. »   

C’est donc bien, en définitive, la sortie de la société industrielle c’est-à-dire l’avènement d’une société de décroissance qui nous permettra d’éviter la pandémie…

20:50 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : écologie

Commentaires

La pandémie de grippe (humaine), bien réelle celle là, fait plusieurs dizaine de milliers de morts en Europe, essentiellement des personnes fragiles, du fait de l'âge (très jeune ou très vieux), mais aussi de la situation sanitaire de la personne, donc de son statut social. Bref, des veiux, des pauvres, des exlus en tout genre, du fait de leur appartenance ethnique ou sociale... Combien de sujets dans les médias, hormis les pubs à destinations des privilégiés pour qui le vaccin vanté est pécunièrement accessible (quand le fabriquant ne fait pas main basse sur une ligne bidgétaire de la sécu...). Combien d'argent dépensé pour sauver les laissérs pour compte. Guère plus que pour les paysans sub urbain des métropoles asiatiques, montrés du doigts pour les élevages volatilles...

Écrit par : Dr Liman | 09/02/2007

Les commentaires sont fermés.