Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2007

Chirac contre la Décroissance

medium_chirac.jpgSuite à l’appel du Président Jacques Chirac en faveur d’une vaste « mobilisation internationale contre la crise écologique et pour une croissance respectueuse de l’environnement », on a pu lire récemment dans la presse sa position concernant ceux qui prônent « la croissance zéro ».

Selon notre président « L’aspiration des peuples à une vie meilleure est une aspiration légitime » mais « la planète ne pourra supporter longtemps le mode de croissance qui est le nôtre. Pour sortir de ce dilemme, nous devons inventer une autre croissance » (cf. Le figaro).

Une autre croissance ! Diantre ! Le Brain-Trust de l’Elysée aura dû passer nombre de nuits blanches à plancher sur ce concept... Notre président précise sa pensée dans une interview donnée dans  Le Nouvel Observateur :

N. O.- Y a-t-il pour vous une incompatibilité entre protection de l'environnement et poursuite de la croissance?

J. Chirac.- Il n'y a pas de maîtrise de l'environnement par la baisse de la croissance. Dans un monde où tant de gens souffrent de la faim, l'idée de la croissance zéro est une absurdité. C'est moralement impossible et absurde. Il faut donc faire autre chose. Et « autre chose », c'est la maîtrise de l'émission des gaz à effet de serre, et on a tout de même beaucoup de moyens de le faire.

La décroissance est donc, aux yeux de Jacques Chirac, « moralement impossible et absurde ». Pour lui, il est ainsi moralement acceptable de laisser espérer aux peuples des pays dits en voie de développement qu’ils pourront accéder au même niveau de vie que ceux des pays occidentaux tout en sachant par ailleurs  que notre planète ne dispose d’ores et déjà plus des ressources nécessaires pour assurer le maintien de la consommation actuelle (l’empreinte écologique globale dépasse, selon les calculs du WWF, une planète). Pourtant ces gens qui « souffrent de la faim » ne le doivent-ils pas au contraire à cette même croissance qui sous sous la forme du Développement les a, en détruisant les modes de vie vernaculaires,  rendus dépendant du système économique globalisé, les plongeant ainsi dans la misère ?

D'ailleurs une croissance qui ne fait qu'augmenter l’écart qui sépare les plus riches, toujours plus riches, des plus pauvres toujours plus pauvres est-elle morale ? On sait pourtant bien que la croissance économique n’engendre pas de création d’emplois comme le montre un récent  rapport du BIT. Alors pourquoi s’accrocher à ce mythe ? Pour résoudre le problème du terrorisme comme le professait Jacques Chirac au Caire (cf. l'article ici) ?

Enfin de compte qu’est-ce qui est le plus absurde ? La prise de conscience de la finitude de la planète ? Ou bien le fait d’invoquer à tout va la déesse Croissance pour résoudre tous les maux qu’elle a elle-même crée ?

21:10 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : décroissance

Les commentaires sont fermés.