Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2007

Réchauffement Climatique : Plus vite, plus fort que prévu

medium_GIEC.01.gif

Voici, en « avant première » le ton du prochain rapport du GIEC qui doit paraître le premier février. Malheureusement nous en doutions : ça va mal ! Très mal ! 

Source : Bellaciao

L’Observer s’est procuré une copie du nouveau rapport du GIEC - groupe d’experts mandatés par l’ONU pour étudier le changement climatique. Leurs conclusions ne sont pas rassurantes. Le réchauffement est plus rapide et plus important que prévu.

Le réchauffement climatique aura un impact plus important et plus rapide que ce que les précédentes études avaient estimé, telles sont les conclusions du quatrième rapport du GIEC Groupe Intergouvernemetal sur l’Etude du Climat.

Selon, l’Observer qui s’est procuré une copie du document, la fréquence des tempêtes comme celle qui vient de frapper l’Europe va s’accroître considérablement. Le niveau de la mer s’élevera de 50 cm durant le siècle, la neige disparaîtra à l’exception des plus hauts sommets, les déserts vont s’étendre, et l’océan s’acidifier, ce qui provoquera la destruction des récifs de coraux et des atolls.

L’impact de ces modification sera catastrophique, condamnant des centaines de millions de personnes à fuir leurs habitats dévastés, tout particulièrement dans les zones tropicales, et les vagues d’émigration déséquilibreront les économies, même les plus développées.

Ce qui rend ce rapport vraiment inquiétant, c’est qu’il représente le travail de plusieurs milliers d’experts, et que chaque paragraphe a fait l’objet d’un débat approfondi. C’est un document prudent, et c’est ce qui le rend effrayant.

Le rapport est encore en phase finale d’élaboration, mais ses conclusions indiquent que :

12 des 13 dernières années ont été les plus chaudes jamais observées.

Les réchauffement des océans est sensible jusqu’à trois kilomètres de profondeur.

Les glaciers et le permafrost disparaissent dans les deux hémisphères.

Le niveau des océans s’élève de 2 mm par an.

Les journées et les nuits froides se raréfient et les vagues de chaleurs deviennent plus fréquentes.

Les auteurs estiment très vraisemblable que l’activité humaine génératrice de gaz à effets de serre soit responsable de l’élévation des températures observées durant le dernier siècle.

Aujourd’hui l’élévation de température moyenne est de 0,6 degrés. Le résultat probable de la poursuite des émissions de gaz à effet de serre sera une augmentation supplémentaire de 3 degrés d’ici la fin du siècle.

Les derniers rapports du GIEC considéraient leurs prévisions comme « probables ». Désormais ils les qualifient d’« extrêmement probables » ou de « quasi certaines ».

En réponse à ceux qui attribuent le réchauffement à des variations du rayonnement solaire, ils affirment que l’activité humaine a un impact cinq fois plus important sur le climat.

18:10 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : écologie

Les commentaires sont fermés.