Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2007

Bon anniversaire Béatrice

Voici un texte écrit à l’occasion de son anniversaire par Béatrice, une décroisseuse active. Il est difficile de mesurer à sa lecture l’intense émotion que nous avons ressenti lorsque, devant sa famille et ses amis qui ne s’attendaient aucunement à une telle déclaration en cette soirée festive, Béatrice nous a fait part de ses sentiments sur l’état du monde et des ses perspectives d’avenir. Pour elle, la décroissance n’est pas quelque chose d’abstrait, mais bien une façon de vivre qui fait partie intégrante de sa personne. Bon Anniversaire Béatrice !

 

 

Béatrice, 40 ans

 

Feuille de route pour les années à venir

 

 

France Inter, le 14 décembre 2006 : « la fonte de la calotte polaire, prévue par les spécialistes pour la fin du siècle, risque d’être plus rapide ; elle pourrait être totale en 2040. Les pétroliers se réjouissent de l’ouverture de nouvelles routes maritimes. »

Voilà à quoi est réduit notre destin !

 

 

40 ans : pour moi l’année de la prise de conscience de cette terrible réalité, une « vérité qui dérange » (pour ceux qui n’ont pas vu ce film avec Al Gore : à voir de toute urgence pour comprendre les mécanismes et conséquences du réchauffement climatique) :

«La terre, pendant environ 3 milliards et demi d’années, a su contrecarrer les forces qui tendaient à la refroidir ou à la réchauffer. Elle a permis ainsi la subsistance d’un équilibre quasi-miraculeux pour les règnes animal et végétal au milieu d’une infinité de planètes sans vie. Aujourd’hui, un ensemble de constatations scientifiques attestent que cet équilibre est grandement menacé par les activités humaines» (extrait du livre STOP, de Laurent de Bartillat et Simon Retallack, Ed seuil)

Aucun scientifique ne conteste aujourd’hui ce basculement dû à l’activité humaine des 150 dernières années. Le pire dans ce constat, c’est le caractère exponentiel du phénomène : il s’accélère et s’amplifie. La situation est aujourd’hui très claire : nos comportements individuels pour promouvoir le respect de l’environnement et des valeurs humaines ne suffisent plus (je connais l’engagement déjà fort de beaucoup d’entre vous).

Je veux donc profiter de cette étape de ma vie pour vous délivrer ce message, et que celui-ci constitue désormais ma propre feuille de route pour les années à venir.

 

 

Je pense qu’il faut agir à 2 niveaux :

1-     Sur nos propres comportements :

Nous encourager mutuellement à nous sortir de ce système de sur-consommation qui nous mène au mur, à redécouvrir les valeurs humaines et non-marchandes. Nous devons penser et revoir chacun de nos gestes quotidiens avec cette préoccupation, nous débrancher des valeurs insidieusement déversées dans nos cerveaux qui mettent en avant une façade de bonheur matériel et nous font nier le lien profond qui nous unit à la nature. Même si chacun d’entre vous avez eu cette prise de conscience, nous avons tous beaucoup à faire sur ce 1er niveau.

 

 

2-     Sur notre capacité à mobiliser :

Nous devons sortir de nos réserves, sensibiliser, provoquer, nous organiser et ne plus complexer de nos attitudes d’écologistes.

Il faut que le plus possible de personnes aient ce cheminement, cette prise de conscience, de façon intellectuelle et concrète, pour que la masse critique bascule rapidement. La préoccupation environnementale doit être au cœur de nos agissements. Le temps presse, chacun doit à son niveau réfléchir sur comment transmettre ce message et inventer de nouveaux réseaux pour que le mouvement s’amplifie.

 

 

Il y a aujourd’hui 2 courants de pensée :

-         L’hypothèse optimiste : ceux qui croient qu’il est encore temps d’agir

-         L’hypothèse pessimiste : ceux qui pensent que les phénomènes sont irréversibles et que l’humanité risque à très court terme d’être condamnée.

Quel que soit le côté où l’on se situe, il ne faut pas que ce débat mobilise inutilement nos énergies. En tant qu’être humain, je pense qu’on se doit de faire le maximum, pour nos enfants et pour l’amour de la vie.

Pour illustrer ce message, je vous livre mes 10 recommandations :

 

 

1-     En cette période de Noël, refuser les jouets à pile. Se battre auprès des enfants pour qu’ils ne soient pas piégés par tous ces gadgets inutiles. Redécouvrir les vrais jeux et les rencontres

 

 

2-     L’alimentation :

n bio bien sûr !

n mais aussi :         

→ Eviter les emballages

→ Supprimer de son alimentation les produits venant de loin ou hors saison

→ Et faire marcher les réseaux locaux : producteurs (pommes de terre, viande à Joël et Odile, huile et fromages de Claude et Martine…) et échanges (si l’un a trop de fruits dans son verger, échanger avec d’autres choses)

 

 

3-     Refuser les emballages et produits sur-emballés :

                  n acheter ses stylos à la librairie du coin (chez Serge et danielle) plutôt qu’en

                  supermarché où il y a plus d’emballages que de stylos

                  n ne plus utiliser de verres et assiettes jetables dans nos réunions et fêtes…

                  n acheter des paniers aux vanniers locaux (Elyzabeth, Isa…) plutôt que d’utiliser

                  des pochettes en plastique

 

 

4-     Ménage : il est urgent d’enlever de nos placards les produits d’entretien courants : Je vous propose :

n pierre d’argile (excellent pour récurer)

n Vinaigre et bicarbonate de soude, percabonate…

n noix de lavage à la place de la lessive

 

 

5-     Consommation électrique

n Lampes basse consommation évidemment ! (supprimer de toute urgence les ampoules halogènes)

n mais aussi supprimer : appareils avec veille (ou éteindre les veilles), appareils inutiles ou trop consommateurs

n et surtout pour la lecture du soir au lit : 2 bougies remplacent avantageusement la lampe de chevet

 

 

 

6-     Choix de l’énergie, chacun à son niveau : bois, solaire, éolien…

 

 

7-     Respecter et récupérer l’eau : aménager des systèmes pour récupérer l’eau de pluie.

 

 

8-     Pour les travaux, choisir des matériaux sains :

n et revoir nos critères d’esthétique, de confort… pour revenir à des choses simples et utiles.

 

 

9-     Planter des arbres : chacun doit faire son propre bilan énergétique, à l’échelle de sa vie, de sa famille… (est ce que je donne à la planète autant que je consomme)

 

 

10- Echanger, sensibiliser autour de soi

n en parler

n signer le pacte écologique de Nicolas Hulot (voir sur son site)…

Commentaires

Le retour au moyen-age, quoi

Écrit par : Serge | 23/01/2007

Je crains effectivement que le retour au moyen age ne soit très rapide si nous ne changeons pas radicalement et rapidement de façon de penser et d'agir : c'est tout notre système socio-économique actuel qui va être bouleversé et déstructuré face aux crises climatiques et au problème de pollution : voyons déjà la perturbation qu'ont apporté quelques jours de canicule en 2003 (ou 2004?). Je vais même aller plus loin, quand les conditions de survie de beaucoup ne sont plus assurées au niveau mondial, la barbarie n'est pas loin...

Écrit par : béatrice | 24/01/2007

Les commentaires sont fermés.