Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2006

Le fascisme applaudi au Collège de France

Le fascisme applaudi au Collège de France

 

Voici le compte rendu d’une action menée par une fraction de L’Obscur Groupe Oblomoff. Ce groupe de réflexion auteur d’une « Plateforme critique de la recherche scientifique » (disponible sur notre site à la rubrique documents) met selon nous le doigt sur l’essentiel, à savoir que

« La question n’est pas de rapprocher la science du citoyen, mais de casser la logique de l’expertise, de dénoncer le mensonge de la neutralité de la recherche et d’empêcher la science contemporaine de contribuer, au jour le jour, à détruire la politique, la remplaçant par une affaire technique. »

 

Compte rendu :

Ce 27 novembre 2006 avait lieu au Collège de France une cérémonie solennelle célébrant  Jean-Pierre Changeux, « philosophe » et spécialiste des neurosciences. S’enchaînaient des interventions, des films-souvenir à la gloire de cet acharné du réductionnisme, des OGM et du fichage génétique, aujourd’hui promu professeur émérite. A la pause-café, au milieu de ce gala mondain, et avec l’accord ingénu de l’organisateur, d’ « anciens élèves » de Jean-Pierre Changeux ont pris la parole.

Cet « éloge » acide a fait valoir le projet de Changeux de « psychiatriser la vie » et saluait ensuite la pluridisciplinarité du « Maître », qui « fut tour à tour technocrate, eugéniste, gardien de zoo, quincaillier et flic. » Le « Herr Professor » final, ainsi que le slogan « Science, Croissance, Obéissance » furent salués par des applaudissements enthousiastes, couvrant l’effarement de quelques uns ― à commencer par Jean-Pierre Changeux lui-même.

Si nous pouvons, au mieux, déplorer une grégarité dramatique, ces applaudissements viennent surtout témoigner du fascisme intégré de ces docteurs Folamour, à peine voilé par la pseudo-neutralité scientifique.

Brisons la dictature ordinaire des experts, ridiculisons les élites.

Une fraction de L’Obscur Groupe Oblomoff. 

 

Éloge de M. J-P. Changeux

 

« L’audace du savoir est sans limites, c’est l’un des traits les plus attachants de la recherche scientifique » [1] déclarait Jean-Pierre Changeux au philosophe Paul Ricoeur. Tout au long de son existence, M. Changeux a donné corps à cette formule en procédant au dépeçage systématique de l’esprit humain. L’esprit ! Cet héritage laborieux de la pensée primitive, Changeux l’a combattu avec cette audace sans limites qui caractérise la pensée scientifique : « L’homme n’a dès lors plus rien à faire de ‘l’esprit’, il lui suffit d’être un homme neuronal »[2], disait-il encore à Ricoeur. C’est pour nous, anciens élèves de Changeux et à ce titre, hommes neuronaux, un immense honneur de célébrer ici la pensée de notre maître. Nous tenons à en rappeler, dans cette vénérable enceinte, les aspects les plus marquants. 

Pour Jean-Pierre Changeux, la neurobiologie, aidée des progrès de la génétique, s’est très tôt révélée être l’instrument privilégié de l’utopie : celle d’une humanité entièrement régie par les lois de la biologie. Derrière l’histoire, les histoires des hommes, ces fictions et ces mythes qui les déchirent, il y a la vie de l’espèce, universelle et concrète. À la tête du Comité Consultatif National d’Éthique, il a fallu à notre maître un courage ininterrompu pour défendre les valeurs objectives de l’approche réductionniste. Pour libérer les cerveaux des idéologies et du subjectivisme qui les entravent, il lui a fallu combattre sans relâche la diversité culturelle et historique, source de conflits infinis. Comme il le déclarait dans L’homme neuronal, « les représentations culturelles propres à la pensée mythique » sont encore aujourd’hui bien enracinées dans nos sociétés : « fondamentalisme, vandalisme écologiste, médecines douces, homéopathie »… Elles « contredisent le sens commun et les lois de la physique. Elles pourraient mettre en danger l’espèce »[3]. À un Michel Foucault affirmant « Il faut défendre la société », notre maître aurait répliqué avec brio : Il faut défendre le patrimoine génétique.

 

« Je ne peux pas rester aveugle, sourd et muet devant la réalité dramatique qui accable nos sociétés »[4], affirmait Jean-Pierre Changeux en 1998. Sa position privilégiée sur « l’agora planétaire du débat scientifique »[5] lui a permis de faire entendre une pensée politique résolument progressiste, orientée vers un partenariat fort avec l’industrie de pointe. Notre maître a pris sur lui de militer en faveur des applications technologiques « qui contribuent à combler le fossé qui sépare la communauté scientifique du reste de la société »[6], aux côtés notamment de F. Ewald en faveur des OGM et contre « les nouveaux vandales »[7] En matière d’ingénieurie sociale, reprenant le flambeau de la phrénologie de Gall, il s’est penché tout particulièrement sur la synergie de la biologie moléculaire et de l’informatique pour préconiser la détection « au niveau de la population, des prédispositions génétiques à des maladies, ou, au niveau de l’individu, la constitution du « profil génétique » qui complètera son dossier médical. Peut-on déjà parler de cyberdocteurs au savoir infiniment étendu…. ? »[8]. Substituer, pour mieux gérer la société, la rigueur de l’approche clinique à la versatilité de la vie politique fut le cœur du travail de Jean-Pierre Changeux. Une lutte sans relâche contre l’intrusion de la morale, toujours prompte à refaire surface au sein même du monde scientifique, et plus fondamentalement, contre la parole elle-même, si peu adaptée à la communication directe entre les hommes, « système de codage lourd et encombrant qui véhicule tant bien que mal le ‘langage de la pensée’ »[9]. Agir directement sur les activités mentales, fonder une véritable police cybernétique, faire un sort au problème insoluble de la pluralité humaine, en un mot psychiatriser la vie, tel fut le projet visionnaire de notre maître. À cet égard, la démarche politique de Jean-Pierre Changeux peut être comparée à celle que Pascal avait donnée pour être celle des philosophes : « S’ils ont écrit de politique, c’était comme pour régler un hôpital de fous ». À nouveau, saluons le grand homme qui parvint à donner une légitimité politique et institutionnelle au projet de domination totale du vivant, et qui, dans un esprit d’ouverture et de pluridisciplinarité, fut tour à tour technocrate, eugéniste, gardien de zoo, quincailler et flic.

 

Herr Professor !

 

[1] La Nature et la règle, entretien avec P. Ricoeur, Odile Jacob, Paris, 1998, p. 237.

 

[2] L’Homme neuronal, Fayard, Paris, 1983, p. 228.

[3] Ibid., p. 340.

[4] La Nature et la règle, entretien avec P. Ricoeur, Odile Jacob, Paris, 1998, p. 303.

[5] Sur le caractère totalement libre et dénué d’idéologie du débat scientifique mondial, voir L’Homme de vérité, trad. française, Odile Jacob, Paris, 2002, pp. 396-397.

 

[6] Ibid., p. 399.

 

[7] Cité dans L’Homme de vérité, p. 366. Voir aussi entretien avec La Citoyenneté : « Partir en guerre contre les OGM, sans discrimination, est une démarche obscurantiste ».

 

[8] Ibid., p. 389

 

[9] L’Homme neuronal, Fayard, Paris, 1983, p. 218.

 

11:45 Publié dans Sciences | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Comme d’habitude pour ce genre d’assaut : Au début et au milieu c’est bien, à la fin ça se plante dans les insultes, et les accussations infondé comme autant d’amalgame salaces.

J’espère qu’aucun de nos lecteur n’est quincaillé, ou gardien de zoo... Parcequ’avec ce texte il aura ni envie de changer, ni envie de continuer à lire des sornettes de ce genre. Les métiers non rien avoir avec Changeux. Soit on traite de la pensée de changeux (alors que celui ci ne la reconnaitrais même pas sans les neurones ;) soit on traite de sa biographie, mais l’amalgame est pour moi révélateur d’une pensée plus prompte à critiquer qu’a fonder.

Je n’aime pas du tout Changeux. Mais il y a des manières de faire.

Les auteurs pourronts nous dire : mais il à été applaudi ce texte etc... Je répondrai Et alors ?
Les gens applaudisse au cinéma, au discours de Lénine, à ceux de chirac et si il me voyait me laver les fesses sur un petit écran.
La démesure qu’elle soit celle de Changeux ou de ceux qui le combatte n’a rien d’époustouflant et ne rend pas un texte plus "radical" ou plus agréable, mais simplement plus "con".

P.S : je ne commenterai même pas l’assimilation de la sonorité "allemande" à forcément un regain de nazisme... c’est vraiment déguelasse pour tous les allemands qui essaye de se sortir de cette caricature.

Écrit par : bug-in | 03/12/2006

Merci bug-in pour cette remarque intéressante et pertinente.

C'est vrai que le ton insultant de cet "éloge" dessert la critique. En fait les esprits risquent plus de se focaliser sur la forme de l'intervention et non sur l'essentiel, c'est-à-dire le fond.

Pour pouvoir créer les conditions d'une réflexion il ne faut pas que la critique de la forme puisse constituer une échapatoire.

Le 1er juin à minatec par exemple, les médias (enfin ceux qui ont traité le sujet) ont plus insisté sur les travers de la manif (les black-block notamment) que sur ce qui importe : les enjeux éthiques et sociaux liés au nanotechnologie...

Écrit par : mozi | 05/12/2006

Il n'est pas exact que "ce texte" ait été applaudi. Les gens rassemblés à la pause café ont distraitement écouté des jeunes gens costumés se présentant comme des étudiants, qui lisaient un texte peu audible au milieu du brouhaha des conversations et ont courtoisement applaudi à la fin sans s'apercevoir ni de la critique, ni du canular. Peu de gens ont entendu, très peu ont compris de quoi il s'agissait. Ceux qui ont compris ont surtout compris que ces gentils étudiants protestataires ne savaient pas de quoi ils parlaient, et avaient troqué un peu trop vite leurs livres de classe contre des pavés - plus efficaces et moins fatigants pour se faire remarquer. Pour se faire comprendre, il vaut mieux se présenter clairement plutôt que se déguiser, et pour critiquer, il est préférable de donner des arguments plutôt que des sous-entendus ou des insultes, en s'appuyant sur des citations hors contexte et comprises à contresens.
Le projet de ridiculiser les élites n'a de sens que si l'on s'attaque à des gens ridicules. Il faut croire que la cible du jour ne l'était pas. Le ridicule est du côté de "l'Obscur Groupe Oblomoff".

Écrit par : nono future | 22/01/2007

Nous, impairs d'experts, habilités par personne, constatons ce jour que le style, l'esprit et le panache ont enfin été mis hors-la-loi par la destruction cognitive généralisée. Les bien-pensants illettrés et militants de tous bords ne sont pas, loin s'en faut, les derniers touchés. "Le fond", c'est quoi? A par ce que nous touchons ici... "Les enjeux éthiques et sociaux", c'est quel acte du spectacle? Ah oui, l'avant dernier, avant que vienne inéluctablement la soumission. Oblomoff, sois plus obscur encore! Devenons sans média. Incompréhensibles. Incompris. Inconnus. Et ce monde s'effondrera.

Écrit par : matthieu | 23/04/2008

Les commentaires sont fermés.