Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2006

OGM: Feu vert !

OGM: 17 programmes de recherche autorisés par le gouvernement
 
Ainsi se finit donc la grande consultation publique lancée par notre gouvernement le 14 Avril 2006 : le gouvernement autorise les 17 programmes de recherche (c’est-à-dire tous !) demandés par les entreprises Biogemma, Librophyt, Meristem, Monsanto, Pioneer et Syngenta concernant des « expérimentations de recherche ou de développement » (Comme il est possible de le lire dans le communiqué ministériel daté du 12 avril.) 

Le plus choquant dans cette affaire ce n’est pas la nième confirmation du fait que la science se mette à sortir des laboratoires et tende à ne considérer le monde que comme un vaste laboratoire dans lequel il est possible de disséminer volontairement du maïs génétiquement modifié. Non, ce qui nous choque ici, c’est la manière dont cette décision, prise d’avance, est imposée de force à la population !

 
Tout sonne faux dans cette propagande. Des le début, le communiqué annonçant la consultation empeste la manipulation. On peut par exemple y lire que « les expérimentations au champ d'OGM permettent à la recherche de progresser dans les domaines agronomiques, de l'écologie et aussi du traitement de certaines maladies humaines (mucoviscidose) ». Une nouvelle fois on joue sur nos sentiments. Qui pourrait en effet s’opposer à ce qu’on vienne en aide aux malheureux atteint de mucoviscidose ? Sur ce sujet une précision nous est apporté par une  dépêche de l'AFP dans  laquelle on apprend qu’effectivement deux [des 17 programmes ] permettent de poursuivre  des recherches sur des plantes productrices de molécules (pharmacie, chimie fine). Nul doute que parmi ces molécules, figure en bonne place la lipase gastrique destinée à améliorer la vie de ces malheureux atteints de mucoviscidose.
 
Devant cette belle preuve de philanthropie nous nous contenterons timidement de rappeler que les PGM (Plantes Génétiquement Modifiées) ne sont nullement nécessaire à la fabrication de toute ces molécules. La lipase gastrique, par exemple peut être d’ors et déjà obtenue aujourd’hui à partir de tissus animal. L’objectif recherchée par les susnommées entreprises est ici de diminuer les coûts de productions de tels molécules, non de les fabriquer. C’est bien de la recherche de profit dont il est question, non le bien être des malades. !
 

La grande consultation nationale sur les OGM n’est qu’une vaste farce ! Outre cette tentative, un peu gauche, de rallier à sa cause le bon citoyen altruiste en instrumentalisant la souffrance des malades, le gouvernement, non content des résultats de cette consultation à l’issue de l’échéance initialement fixée du 28 avril, avait alors décidé de prolonger celle-ci d’une semaine. On a pu lire en effet que « la consultation, lancée sur le site du ministère de l'Agriculture du 14 au 28 avril a dû être prolongée jusqu'au 5 mai, en raison d'une "offensive" des anti-OGM, déplore-t-on de source proche du ministère."Beaucoup se sont mobilisés et ont envoyé sur le site des pétitions anti-OGM. On a dû prolonger la consultation pour la rendre accessible à un plus grand nombre", ajoute-t-on » (voir l'article de reuters  ici  ) Qui est cette source proche du ministère ? Nous ne saurons certainement jamais. Convenons cependant que s’il était bien sûr sein et normal que les partisans pro comme anti OGM puissent s’exprimer sur ce sujet, la décision de prolonger au dernier moment la consultation est en revanche curieuse voire maladroite…


Mais de toute façon à quoi s’attendait le gouvernement ? Avec la majorité de la population, hostile aux OGM (74 % des français souhaitent que l’on interdise la culture d’OGM selon un sondage BVA réalisé les 27-28 janvier), il n’était guère raisonnable d’espérer que le résultat de la consultation lui soit favorable (D’autant que les deux autres consultations du même type en 2004 et 2006 avaient en effet déjà exprimées un refus massif aux OGM ! Voir  ici ).

Plutôt que de communiquer le résultat de cette nouvelle consultation (dont on connaît par avance le résultat) nous comprenons que le gouvernement décide de rendre son verdict au moment même où les 49 faucheurs volontaires d’OGM, jugés à Orléans, encourent des peines allant jusqu’à 4 mois de prison ferme, soit encore juste quelques jours après la mise en garde à vue du porte-parole du réseau « sortir du nucléaire » Stéphane Lhomme (voir notre note sur ce sujet.)  ? Bien sûr ! Cette habile manœuvre cherche à éviter l’écueil d’une consultation défavorable tout en profitant d’un contexte où les mouvements syndicaux et associatifs sont plus ou moins muselés de part les fortes pressions subies. En bons joueurs que nous sommes notre unique commentaire sera donc : bien joué !

La dépêche de l’AFP qui annonce la décision du gouvernement est le point d’orgue de cette vaste manipulation. Celle-ci offre un bon condensé de toute la désinformation dont est victime la population. Après nous avoir rassuré sur le processus démocratique mis en œuvre : « ces autorisations ont fait l'objet d'une consultation publique », l’article se poursuit en précisant que « sur les 17 programmes -regroupés en dix autorisations pour des raisons de contrôle et de simplification administrative-, deux permettent de poursuivre des recherches sur des plantes productrices de molécules (pharmacie, chimie fine), deux portent sur le fonctionnement de la plante (économie d'eau, "précocité de floraison"), trois doivent permettre une utilisation d'herbicides moins nocifs pour l'environnement tandis que les dix derniers portent sur des plantes résistantes à des insectes et visent donc à limiter l’utilisation d’insecticides. ». Nous voici donc également rassurés sur les intentions de ces entreprises privés. Ces dernières souhaitent tout simplement économiser de l’eau et limiter l’utilisation d’insecticides.


Nous ne voudrions pas venir jouer les troubles fêtes dans ce tableau idyllique. Mais quelqu’un peut-il nous dire dans quelle catégorie on doit ranger le maïs transgénique de Monsanto tolérant au Roundup 
? L’exemple de l’Amérique du Sud nous a en effet enseigné que son utilisation se traduisait par un usage plus important de Roundup (voir le dernier numéro de l’Ecologiste). Celui-ci est-il devenu par un tour de passe-passe un de ces « herbicides moins nocifs pour l'environnement » ? Et enfin où sont les tests sanitaires assurant l’innocuité des ces OGM sur le long terme en terme d’alimentation humaine ou animal ? Des plantes capables de fabriquer par elle-même des insecticides devraient pour le moins faire l'objet d’expertises sérieuses quant à leur toxicité !

Non ! Décidément trop c’est trop ! Cette mascarade ne nous convainc pas ! Nous ne sommes pas dupes ! Ce ne seront ni ces manipulations grossières ni les pressions qui entameront notre détermination. Au contraire, ces basses manœuvres ne font que nous renforcer dans nos idées ! Réclamons haut et fort l’arrêt des recherches sur les OGM qui ne font que servir l’intérêts économiques d’un minorité au dépend de l’humanité tout entière ! Ne laissons pas l’avenir de nos enfants aux mains des multinationales !

Un décroisseur berrichon mécontent

14:15 Publié dans OGM | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Tout cela ressemble fort aus trouilles " millénaristes ", qualifiées d'obscures et de moyennageuses par nos grands penseurs des Lumières ?

On est tous sur le même bateau les gars, ceux qui ont peur couleront aussi si le rafiot doit couler!!

Au XV me siècle, vous auriez dit que Copernic était un idiot, mais quoi ce type est cinglé, il dit que la terre est ronde alors que tout est plat... Depuis la nuit des temps les hommes inventent des trucs et des machins, puis aprés ils les expérimentent, par gout ou par intéret, si ça marche il faut s'adapter ....ou mourir !

Écrit par : mauridub | 24/05/2006

Les résultats de la consultation publique ne seront
pas publiés, voir les raisons invoquées par le gouvernement ici:

http://www.infogm.org/breve.php3?id_breve=466

Pour répondre brièvement à mauridub, je précise que nous n'avons ni Peur, ni la trouille, nous ne voulons simplement pas d'un monde où les êtres vivants ne sont traités que comme des objets destinés à être manipulés et modifiés par l'homme. Ce qui est en question ici ce n'est pas le risque liés aux OGM, mais la conception du monde sous jacente qu'ils présupposent.

L'homme vit aujourd'hui dans un monde qui est toujours plus artificiel, toujours plus déconnecté des besoins naturels de l'homme et dans lequel l'individu n'est plus qu'un rouage d'une vaste machinerie qu'il ne contrôle plus. Comme le dit le philosophe Jean Pierre Dupuy,

"Il n'est plus possible de dédouaner la science de toute responsabilité et de toute neutralité. La science et la technique “décident” bien, mais comme un processus aveugle, non réfléchi." Voir ici

http://www2.cnrs.fr/presse/journal/1246.htm


Bref, nous n'avons pas peur, nous ESPERONS un monde plus humain.

Écrit par : mozi | 24/06/2006

Les commentaires sont fermés.