Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2006

Grippe Aviaire

Grippe Aviaire
 
Un nouveau rapport de GRAIN  vient de sortir. A nouveau, il montre comment la grippe aviaire est instrumentalisée par les grands Organismes internationaux que sont l’OMS et la FAO pour accélérer l’industrialisation complète de l’agriculture. Les petits paysans qui sont les premières victimes de cette orientation n’ont bien sûr pas voie au chapitre.
 
Ce rapport illustre donc s’il en était besoin la façon dont la société industrielle procède pour diminuer encore et toujours l’autonomie dont chacun dispose. Il est effrayant de regarder s’intensifier chaque jour le risque de voir l’espèce humaine contrainte d’avoir recours au mode de production industrielle pour assurer sa subsistance.
 
 
LES COMMUNAUTES RURALES PAUVRES SONT ANEANTIES PAR LA REPONSE MONDIALE A LA GRIPPE AVIAIRE QUI LEUR EST IMPOSEE.
 
La réponse mondiale imposée d'en haut est en  train d'anéantir les petits agriculteurs et de perpétuer la situation de crise de la grippe aviaire.
 
Un nouveau rapport de GRAIN [1] analyse les politiques à l'origine de cette réponse mondiale et ses conséquences pour les pauvres. Ce rapport, qui s'ajoute à un précédent rapport de GRAIN paru en février 2006 [2], constate que les organismes des Nations Unies qui se trouvent en première ligne  de la réponse internationale à la grippe aviaire, l'OMS et la FAO, mènent des stratégies imposées de manière directive pour éradiquer la grippe aviaire. Et ces stratégies sont en même temps en train de détruire à long terme les bases de solutions soutenant les plus démunis.
 
Le rapport met l'accent sur la manière dont la FAO s'est détournée des élevages avicoles familiaux et montre l'absence de préoccupation de l'OMS pour les conséquences de ses mesures de lutte contre la grippe aviaire sur les petits paysans. L'approche globale de lutte contre la grippe aviaire coordonnée par ces organismes des nations Unies exclut totalement les communautés locales des prises de décision et ne tient pas compte de la dynamique de la maladie dans les contextes locaux. Cette approche est sans nuances, sans compréhension des besoins des populations et, ce qui est pire que tout, sans reconnaissance des compétences et des connaissances que les agriculteurs ont pour gérer ce virus. Les stratégies sont appliquées avec zèle par les gouvernements, dont beaucoup sont négligents sinon hostiles vis à vis des petits agriculteurs et de la biodiversité avicole qu'ils entretiennent, avec des conséquences catastrophiques pour les populations rurales.
 
Le rapport soutient que la solution proposée, une orientation complète vers l'agriculture industrielle, nous ramène tout simplement au point de départ de l'actuelle crise de la grippe aviaire.
 
INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES
 
[1] GRAIN, 2006, "Grippe aviaire: Une réponse mondiale imposée d'en haut", A contre-courant, mai 2006, http://www.grain.org/articles/?id=15
 
[2] GRAIN, 2006,   "Qui est le dindon de la farce? : Le rôle central de l'industrie de la volaille dans la crise de la grippe aviaire", février 2006
 
http://www.grain.org/briefings/?id=195
 
ABREVIATIONS:
OMS: Organisation mondiale de la santé;
FAO : Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (Food and Agriculture Organisation).

15:35 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.