Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2006

Vive la génétique

VIVE LA GENETIQUE! 


«Le syndrome de fatigue chronique serait le résultat d'une constitution génétique particulière qui diminuerait la faculté de "gérer" le stress»
 

Voici un article relatant une nouvelle découverte scientifique qui, selon nous, illustre bien les dérives de la technoscience! 

Au lieu de chercher les causes de l’apparition des nouvelles maladies dans les modifications de notre mode de vie et de notre environnement, la technoscience désigne le patrimoine génétique de l’individu comme étant le  responsable essentiel de son malheur. Cette méthode est donc très utile puisqu’elle permet de rechercher dans le génome d’un individu isolé la cause principale de sa «pathologie» ainsi que les moyens pour y remédier. Ceci évite donc de s’attaquer à la racine du problème : la société industrielle!

 
Les personnes atteintes de fatigue chronique sont des personnes qui, apprenons-nous, «n'arrivent pas à gérer les problèmes quotidiens et à faire face à l'adversité, notamment les maladies, les traumatismes comme le divorce, les métiers stressants...»  Nous voyons ici que les problèmes en questions sont précisément ceux qui découlent de notre mode de vie. Ainsi, les personnes qui ne peuvent s’adapter aux contraintes de la société industrielle, sont désormais considérées comme des malades à part entière qu’il convient de soigner. Alors qu’autrefois c’était la société qui était adaptée à l’homme, aujourd’hui c’est l’homme qu’il faut adapter à la société. 
 
Aujourd’hui les personnes incapables de gérer le stress sont donc des malades. Heureusement, que de bons chercheurs veillent. Grâce à eux les progrès de la médecine pourront vite nous aider à soigner ces pauvres gens!  D’ailleurs nous dit Suzanne Vernon, «Maintenant que nous disposons de cette information, nous allons pouvoir dépister les personnes à risque». Diable! Mais qui aura accès aux fichiers génétiques et médicaux? Est-il besoin de préciser l’utilisation qu’en feraient les compagnies d’assurance ou d’éventuels employeurs?
 
Ah! Vivement que nos braves chercheurs identifient les gènes de l’homosexualité, du crime, du suicide, de la paresse…
 
vendredi 21 avril 2006, 18h00

Implication génétique dans le syndrome de fatigue chronique

ATLANTA (AP) - Le syndrome de fatigue chronique serait le résultat d'une constitution génétique particulière qui diminuerait la faculté de "gérer" le stress, selon une étude publiée dans le dernier numéro du journal scientifique "Pharmacogenomics".
Cette recherche représente la première preuve scientifique qu'associée au stress, la génétique peut entraîner une fatigue chronique, une anomalie si difficile à diagnostiquer et si mal comprise que certains doutent même de son existence.
Les chercheurs estiment que ces découvertes pourraient déboucher sur de meilleurs moyens de diagnostic et de traitement, et à un meilleur dépistage des personnes à risque de ce syndrome caractérisé par un épuisement extrême et persistant.
"Les résultats sont innovants", observe le Dr William Reeves des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) d'Atlanta (Géorgie). Il ajoute qu'à en croire l'étude, les gens atteints du syndrome de fatigue chronique n'arrivent pas à gérer les problèmes quotidiens et à faire face à l'adversité, notamment les maladies, les traumatismes comme le divorce, les métiers stressants...
Les CDC estiment que plus d'un million d'Américains en sont victimes, les femmes l'étant quatre fois plus que les hommes.
La pièce centrale de ces travaux est représentée par une étude portant sur 227 personnes de Wichita (Kansas). Pendant deux jours, des médecins se sont livré à des évaluations psychiatriques, ont étudié les traitements reçus, les limites physiques des patients, et ont analysé leur sang et leur urine à la recherche d'anomalies chimiques et biologiques.
Les résultats incluent 500 mesures cliniques et 20.000 mesures de l'expression des gènes, le moyen qu'ont ces derniers de réguler l'activité cellulaire.
L'information a été transmise à quatre équipes d'investigateurs, notamment des experts médicaux, des biologistes moléculaires, des mathématiciens et des ingénieurs. Principale découverte: les patients atteints de fatigue chronique testés présentaient un taux d'hormone et des signes d'usure sur le corps deux fois plus importants que ceux qui ne se disaient pas fatigués.
Les chercheurs ont par ailleurs remarqué que certaines modifications des séquences génétiques, concernant cinq gènes impliqués dans les phénomènes de stress modéré, ressortent lors de fatigue chronique. Ils ont par ailleurs identifié au moins cinq sous-types de syndrome de fatigue chronique, selon des critères génétiques.
"Maintenant que nous disposons de cette information, nous allons pouvoir dépister les personnes à risque", pronostique Suzanne Vernon, qui dirige l'équipe de biologie moléculaire des CDC d'Atlanta.
Le syndrome de fatigue chronique est une maladie complexe caractérisée par au moins six mois de fatigue sévère, que le repos ne soulage pas. Les patients peuvent aussi se plaindre de douleurs musculaires et de troubles de la mémoire.
La cause de ce syndrome n'a jamais pu être identifiée et il n'existe aucun test disponible. AP

10:35 Publié dans Sciences | Lien permanent | Commentaires (0)

27/04/2006

OGM Urgent !

OGM Urgent !

La "grande consultation public" sur les OGM prend fin demain ! Si vous ne vous etes toujours pas exprimés sur ce sujet il ne vous reste donc qu'une journée !! Voici le courriel qui nous a alerté (merci à Florentino !):

Bonjour!

Saviez-vous que le gouvernement avait mis en place une grande consultation du public sur la question des OGM ? Non ? Et bien ça n'est pas vraiment étonnant, vu que pour y accéder il faut le savoir, et le vouloir !

Voici la démarche à suivre :

1. Allez sur le site : http://www.ogm.gouv.fr/
2. Aller ensuite dans "Expérimentations en France" (Dans la colonne de gauche)
3. Cliquez sur le lien "consultation du public" (Pas facile à trouver, non ?)
4. Repérez l'adresse email : BRAB.SDRRCC.DGAL@agriculture.gouv.fr

Pour envoyer votre avis, dépêchez-vous ! Cette consultation n'a lieu que du 14 au 28 avril 2006 ! Juste pour votre information, la même démarche de consultation avait eu lieu en 2005 n'avait obtenue que 800 réponses. J'imagine mal comment après cela le gouvernement peut encore prétendre s'intéresser à l'avis des citoyens. Mais après tout, est-ce vraiment important ?

Voici ce que je leur ai envoyé ... vous pouvez vous en servir comme modèle ou copié/collé ...

      Citation:
      M. **** ******
      adresse
      email

      Bonjour,

      Même si je m'étais déjà exprimer auprès de mon député sur les nouveaux
programmes de recherche sur les OGM, je vous transmet à vous aussi mon avis
d'eco-citoyen.
      La directive européenne 2001/18/CE relative à la dissémination des OGM
dans l'environnement et l'alimentation va prochainement être transposée en
droit français. Cette directive ne créé pas les conditions permettant une
protection optimale des milieux. La séparation stricte des filières bute sur
un certain nombre de contradictions qui rendent la coexistence entre
cultures OGM et non-OGM impossible à mettre en oeuvre. Pire, la loi
française risque de ne pas identifier précisément les principaux
responsables des pollutions génétiques.
      Je pense donc que ces programmes sont préjudiciables et risquent de
nuire à une volonté de privilégier la qualité au productivisme agricole.
      Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'_expression de mes salutations les
plus sincères.

Je me suis grandement aidé du doc des "Amis de la Terre" pour rédiger ce
mail ... rendons à César ce qui lui appartient ...

Faites passer le message autour de vous!

09:30 Publié dans OGM | Lien permanent | Commentaires (1)

25/04/2006

Semaine sans télé

Du 24 au 30 Avril 2006 : Semaine sans télé !

 

Allez, sors de cette boîte ! Tu y es enfermé en moyenne 3 h 30 par jour. Tu ne vas passer ta vie dans cette prison mentale. Tu vas pas laisser tous ces animateurs débiles t'avilir. La semaine sans télé, c'est l'occasion de briser la glace, de se libérer de cette machine à abrutir. Allez viens, on a une vie à vivre et un monde à transformer.   N’oublions pas que notre premier environnement est notre mental. Si la télévision est polluante à fabriquer, à faire fonctionner, puis polluante comme déchet, elle est d’abord une terrible agression pour notre psychisme. Soir après soir, nous sommes assis durant de longues heures face à elle. Nous sommes hypnotisés par ces images qui scintillent. Ces mêmes images imprègnent nos cerveaux, uniformisent nos existences, nos connaissances, nos goûts, nos désirs. Des animateurs-milliardaires avilissent notre humanité et tirent nos existences vers le bas. Des présentateurs nous bombardent d’informations parcellaires. Notre psychisme est submergé par les assauts de milliers d’images jouant avec notre sensibilité, manipulant notre affect. Des millions de spots publicitaires conditionnent notre inconscient et façonnent l’idéologie dominante de la télévision : celle de la société de consommation. Une idéologie où une fausse jouissance immédiate par la consommation prime sur toute volonté de sens. Une idéologie où l’apparence prime sur la pensée, le jeunisme sur la culture, le déracinement sur la filiation. Par nature, la télévision conduit à la passivité, donc à la soumission. Elle est le média de la communication superficielle, simplificatrice, n’acceptant que les discours binaires. Elle est l’outil de régression des masses dont ont besoin les publicitaires et les industriels pour réduire les êtres humains à l’état de consommateurs. La télévision est une drogue à l’égard de laquelle chacun s’emploie à masquer sa dépendance. Elle nous évite de réfléchir, de nous poser des questions existentielles, de nous retrouver face à nous-mêmes. À force de fuir dans cet écran, nous devenons incapables d’affronter la réalité. À force de bombardements d’images, notre capacité d’attention s’altère, notre imagination s’appauvrit et notre esprit critique s’épuise ; nous avons de plus en plus de mal à nous consacrer aux valeurs essentielles. Avec en moyenne 3 h 30 de télévision par jour et par Français, nous passons désormais plus d’heures à regarder des émissions sur la nature qu’à y vivre, plus de temps à rire des plaisanteries à la télévision qu’à plaisanter nous-mêmes, plus de temps à regarder des scènes simulées de sexualité qu’à faire l’amour. Après une journée de travail et plus de trois heures et demie devant le poste, le temps consacré à la vie sociale, civique ou à la création ne peut être que marginal, sinon inexistant. La critique de la télévision ne peut donc se limiter à son contenu et doit le dépasser pour s’interroger sur le média en tant que tel. Une semaine sans télé, c’est un temps pour créer, construire, apprendre, lire, réfléchir, se rencontrer et retrouver le goût et le parfum de la VIE… Éteignons le poste et la vie commencera.   http://www.casseursdepub.net/

09:15 Publié dans Anti-pub | Lien permanent | Commentaires (1)