Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2006

Collectif Biométrie

 

Collectif contre la Biométrie

Nous sommes encore très loin d'un débat sur la Biométrie en France. Et quand bien même ! La récente loi portant sur les OGM montre que, même quand le débat existe et que le population est massivement contre (78% selon un sondage BVA), il n'est pas possible de faire reculer la technoscience lorsqu'elle est au service des intérêts économiques. Tous cela nous semble de mauvais augure...


Toutefois, nous pensons qu'il est pour le moins nécessaire que prenne place un véritable débat publique sur la biométrie et donc le type de société qu'elle impose (suppose ?). Aussi, nous ne pouvons être que sympathisants du collectif contre la biométrie dont voici le communiqué de Presse du 21 février 2006.



LA MACHINE JUDICIAIRE EXPRIME SA SOLIDARITÉ

À DEUX MACHINES BIOMÉTRIQUES


Les trois personnes accusées d'avoir dégradé le 17 novembre dernier les bornes de contrôle biométrique du lycée de la Vallée de Chevreuse ont été condamnées à trois mois de prison avec sursis, 500 euros d'amende (pour l'intrusion dans le lycée) et 9086 euros de dommages et intérêts (pour les machines). Les trois accusé-e-s ont été jugé-e-s coupables, co-auteurs de la dégradation.


Ils ont décidé de faire appel de cette décision. C'est un jugement cybernétique. À aucun moment n'a été discutée la question centrale de ce procès : que de telles machines n'ont rien à faire dans une école ni ailleurs. Les circuits électroniques ont été défendus contre le simple bon sens.


Ce verdict est un soutien objectif à la diffusion massive de cette technologie, entreprise menée par l'État et l'industrie.


Nous sommes de celles et ceux qui refusent de se résigner à cet état de fait.


Le collectif contre la biométrie.

http://1984.over-blog.com/

 

16:20 Publié dans Sciences | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.