Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2006

ça chauffe

 

L'article ci-dessous souligne que le réchauffement climatique se révèle être encore pire que ce que de nombreux « spécalistes » annonçaient. Combien de fois faudra-t-il le dire ?

La croissance économique infinie avec son cortège de nuisances, dont l'émission de gaz à effets de serre n'est qu'un aspect, n'est pas soutenable !

Si nous voulons laisser un monde humain à nos enfants, la Décroissance énergetique est nécessaire. Il faut dés à présent s'engager vers une diminution de notre consommation d'énergies non renouvelables. L'évolution récente des prix du barril de pétrole devrait d'ailleurs nous aider à prendre des décisions allant de ce sens.

Toutefois attention ! Si la décroissance énergetique est inéluctable, sa modalité reste à inventer ! Il nous faut donc veiller à ce que celle-ci prenne place dans une société du partage et de la convivialité. Dans une société comme la notre, une décroissance énergertique incontrôlée pourrait bien se retourner contre l'homme et se traduire, par exemple, par une augmentation des inégalités sociales...

Lundi 30 janvier 2006, 12h49

La Terre se réchauffe à un rythme "insoutenable", selon un rapport britannique

LONDRES (AFP) - L'augmentation des gaz à effet de serre dans l'atmosphère provoque un réchauffement du climat à un rythme "insoutenable" qui pourrait avoir des conséquences majeures sur l'environnement et la géographie de la planète, affirme lundi un rapport gouvernemental britannique.

"Il est à présent évident que l'émission de gaz à effets de serre, associés à l'industrialisation et la croissance économique d'une population mondiale qui a augmenté par six en 200 ans, provoque un réchauffement climatique à un rythme qui est insoutenable", affirme le Premier ministre Tony Blair dans la préface de ce rapport.

A la lecture de ce document, il apparaît "que les risques de changement climatique pourraient bien être plus grands que ce que nous pensions", poursuit M. Blair.

Il y a à présent "plus de clarté et moins d'incertitudes" concernant l'impact du changement climatique, affirme le rapport, et "dans bien des cas, les risques sont plus sérieux que précédemment estimé".

Selon le professeur Chris Rapley, du British Antarctic Survey, le centre de recherche britannique sur l'Antarctique, la calotte glacière de l'ouest du continent blanc pourrait être en train de se désintégrer.

Les scientifiques craignent qu'un tel événement ne provoque une augmentation significative du niveau des mers autour du globe, avec des conséquences majeures sur la géographie mondiale.

Le rapport, intitulé "Eviter un changement climatique dangereux", compile les travaux de scientifiques réunis en février 2005 à l'occasion d'une conférence sur le changement climatique, organisée à Exeter (sud-ouest de l'Angleterre) par l'office météorologique britannique, le Met Office. 

18:00 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.