Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2006

Némésis médicale

Némésis médicale

L'expropriation de la santé

Dans cet essai, écrit en 1975, Ivan Illich décrit comment l'entreprise médicale s'est imposée comme un incontournable dans notre société. Pour lui, la critique de la médicalisation et du système dans lequel elle s'impose n'est qu'un exemple parmi d'autres de l'institution industrielle. Néanmoins, le sujet de la médecine et donc de la santé est en lui même un sujet beaucoup plus sensible que la reflexion sur d'autres systèmes comme par exemple l'éducation ou les transports.

 

Tout d'abord, Illich fait tomber quelques "mythes" qui lui font dire que "l'entreprise médicale est devenue un danger majeur" :

 

1. Les sociétés nanties d'un système médical très coûteux sont impuissantes à augmenter l'espérance de vie, sauf dans la periode prénatale.

 

2. L'ensemble des actes médicaux est impuissant a réduire la morbidité globale.

 

3. Les actes médicaux et les programmes d'action sanitaire sont devenues les sources d'une nouvelle maladie : la maladie iatrogène. C'est-à-dire toutes les conséquences néfastes engendrées par les soins professionnels dans leur ensemble. Cela constitue pour Illich l'épidémie la plus importante qui soit et cependant la moins reconnue.

 

4. Les mesures prises pour neutraliser la maladie iatrogène continueront à avoir un effet paradoxal, elles rendront cette maladie médicalement incurable encore plus insidieuse.

 

Toutes ces affirmations sont démontrées point par point avec un usage très important d'articles scientifiques et de références variées. Pour chaque grande maladie qui a touché l'Europe, il montre que la médecine s'est fait la réputation d'avoir résolu ces fléaux alors que celle ci est non fondée. L'exemple de la tuberculose est frappant. Il a fallut en effet attendre la seconde guerre mondiale pour qu'il y ait enfin une étiologie de cette maladie. A cette époque, la mortalité du a cette maladie avait déjà énormément chutée. Ainsi, sans action médicale mais une amélioration du mode de vie et l'hygiène, cette maladie avait reculé.

 

Ensuite, Illich aborde la iatrogenèse sociale. Le rapport de l'individu par rapport à sa santé a profondément changé depuis un demi-siècle. La déresponsabilisation de l'individu devenu patient est totale. Il n'est d'ailleurs pas censé avoir la capacité de recouvrer la santé de lui-même. Les savoirs traditionnels ont été ridiculisés par la médecine moderne. L'individu est ainsi entièrement dépendant et désarmé face aux techniques mythifiées de la médecine. D'un autre côté, à présent, celle ci fait partie intégrante de la culture populaire : le fait que les gens aient besoins de soins médicaux de routine tout simplement parce qu'ils sont en gestation, ou ont tel age, etc. On en arrive à une consommation thérapeutique quasi permanente.

 

Le propos d'Illich n'est pas de rejeter toutes les pratiques médicales. Il prend en effet bien soin de souligner qu'une énorme majorité des diagnostics et des interventions thérapeutiques qui, statistiquement, servent plus le patient qu'ils ne lui nuisent ont en commun deux caractéristiques : ils sont peu coûteux, et peuvent être aisément appliqués de façon autonome au sein de la cellule familiale.

 

Cette remarque est la principale solution donnée par Illich pour sortir du système morbide dans le quel nous sommes à présent.

 

Une dernière partie du texte parle de La Némésis grecque et de la Némésis industrielle, je laisse aux amateurs de mythologie grecque et aux autres en apprécier la saveur !!

 

Je conseille vivement la lecture de ce texte qui permet de prendre du recul sur un aspect de la société qui est rarement questionnée voire critiquée. Comme le dit Illich, il s'agit à présent de se mettre des limites mais en sera-t-on capable ??

                                                  Florentino

 

Notes :

 

Ce texte est aujourd'hui disponible chez Fayard dans Ivan Illich Oeuvres complètes, volume 1.

Commentaires

Bonjour
Je suis médecin. Les acquis de la scienece et de la technique sont plutôt d'ordre instrumentale et il est vrai que la médecine actuelle qui est une approche qui s'est voulue exclusive crée autant de maladies qu'elle ne guérit et le problème reste un problème de société et de l'accaparation des institutions de tous les domaines de lavie et de la démission de la majorité des citoyens qui demandent assistance. A Ce propos je vous conseille de lire un texte de Cornélius Castoriadis : Une voie sans issue in Le Monde Morcelé, Efditions du Seuil
Merci et bonne continuation

Écrit par : besbes samir | 14/02/2007

oui ravi de pouvoir vous envoyer mon commentaire et espère faire partie de vos membres car je suis un tradi-praticien ,je soigne mes patients avec nos plantes traditionnelles. Parfois avec les produits de moderne.
amicalement votre
sylvanus

Écrit par : AGBAVON | 19/07/2008

bonjour
j'ai été heureux d'avoir les références de IVAN ILLICH concernant NEMESIS MEDICAL que j'ai eu à lire en 1985 lors de ma formation à l'ESP/ULB, BRUXELLES. je disposais d'une copie perdu entre les sites de mes activités professionnelle; LIVRE IMPORTANT POUR TOUT LE MONDE POUR AVOIR UNE VISION ECLAIREE DE CERTAINS DE SANTE.
JE SUIS ACTUELLEMENT A DAKAR/SENEGAL, tel (221) 775543287 ou (221) 8272905, CITE "HLM GRAND-YOFF, N°565, DAKAR-SENEGAL";
j’aimerais bien pouvoir disposer de ce livre; CONDITIONS d’obtention SVP.
El Hadji Malick DIAME,
Ingénieur statisticien démographe, principal de classe exceptionnelle ;
Diplômé en Epidémiologie et en Sc. de l’Environnement ;
Géomètre géographe, dipl.IGN
Tel mobiles : 775543287 ; 70 7491551 Tel fixes : 338272905 _ 338692147
Conseiller du DG de l’ANSD - CCPM
ANSD_ BP 116 DKR RP_ Point E- Dakar, Sénégal

Écrit par : el hadji malick DIAME | 07/05/2013

Mon parcours de diabétique évoluant en France depuis 3 ans m'a permis de constater les points forts d'Illich dans Némésis médicales.
Avec plus de 2,500.000 diabétiques et une dépense annuelle de plus de 10 milliards d'euro rien que pour le traitements et soins attribués aux diabétiques sur son dos la France doit tendre ses mains aux alternatives bénéfiques de toutes les médecines non conventionnelles.
Et pour n'importe quelle maladie, l’avènement des connaissances véhiculées par l'internet doit être rentabilisé afin que le cadre légal autour de la santé ne soit pas en contradiction de faire du patient le propre auteur de son savoir et artisan de sa santé.
Agissons ensemble pour une telle révolution copernicienne.
Écrit par TSIMAITO le 13 décembre 2013

Écrit par : TSIMAITO | 13/12/2013

J'ai étudié Illich dans les années 90. J'y ai trouvé bcp de choses intéressantes, désormais j'ai plus de 80 ans et suis diabétique .J'ai abandonné un temps la sagesse des médecines douces sur les conseils d'un médecin trop persuasif et m'en suis sortie avec une maladie iatrogène. Je recommence à lutter avec d'autres moyens et des amies qui se battent aussi,il faut continuer le combat et oser aller à contre courant des idées reçues.

Écrit par : pinçon | 06/02/2014

Les commentaires sont fermés.