Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2006

Dans la presse

Dans la presse

 

Voici, un article de Vincent Honorat, publié dans "La Grande Epoque", datant du 3 janvier 2006. Il y est question de décroissance, bien sûr, et de François Schneider. Curieusement, il n'est pas fait mention dans cet article du projet "Cyclane" dont François est un des initiateurs. Ce beau projet, rappelons le, à pour but la création d'un réseau de villages sans voiture. Même s'il n'apporte pas grand chose de neuf, cet article, est au moins l'occasion de mettre en ligne le lien suivant : http://lists.riseup.net/www/info/villagessansvoiture

Décroissance : une idée à contre-courant mais pleine d’espoir

" Le vrai bonheur coûte peu. S’il est cher, il n’est pas d’une bonne espèce. "

Chateaubriand

 

POURQUOI LA DÉCROISSANCE ?

 

La décroissance n’est pas des concepts les plus récents, mais de ceux qui ont vraiment réussi à se faire connaître en 2005. Alors que les problèmes environnementaux se font de plus en plus présents dans l'actualité, l'idée d'une " décroissance soutenable " s’impose plus facilement comme un chemin de recours possible.

 

L’idée est de mettre en place une décroissance maîtrisée dans les zones industrialisées du monde tout en réapprenant à consommer de manière plus intelligente. Face à la doctrine du " consommer toujours plus si vous voulez garder votre emploi " de nos hommes politiques, la raison s’impose petit à petit dans l’esprit des citoyens soucieux de l’avenir : " puisque la Terre n’est pas capable de suivre le rythme que lui impose la surconsommation des pays industrialisés, n’est-ce pas à nous de changer notre façon d’acheter ? " (1).

 

Un des arguments en faveur de la décroissance (qui contredit le désir d’une consommation forte pour une croissance forte) est qu’une personne qui décide de moins consommer, de s’en tenir un peu plus au nécessaire et de se tourner vers des loisirs plus écologiques, peut facilement réduire son temps de travail, passer d’un temps plein à un 3/4 temps ou bien un mi-temps ; le temps ainsi libéré peut permettre à une autre personne de trouver un emploi...

 

L’HOMME DE LA DÉCROISSANCE

 

Ecologue, colporteur de décroissance et statisticien de chemin, François Schneider marche à travers la France (2). Il a contribué au développement du concept de " décroissance soutenable " qui vise à réduire les " excroissances " que sont les (auto)routes, les OGM et l’agriculture productiviste, le nucléaire et le tout électrique, l’étalement urbain, la pollution, la dégradation de la qualité de vie et le gaspillage.

 

La décroissance est une démarche individuelle et collective basée sur la réduction de la consommation totale de matières premières, énergies et espaces naturels grâce à une baisse du vouloir d’achat. Cela suppose une décroissance économique dans les zones industrialisées du globe.

 

Détenteur d'une thèse de doctorat sur les écobilans des produits recyclés, François Schneider a travaillé dans différents instituts d'environnement en France, Pays-Bas, Autriche, Estonie et Portugal, réalisant que la solution aux problèmes de la planète ne devait pas passer par encore plus de croissance économique dans les zones favorisées du globe. A ce titre, c’est un " démissionnaire de la croissance ".

 

Il est soutenu par l’équipe du journal La Décroissance (en kiosque) qui l’aide au niveau logistique, et bénéficie d’une bourse de l’Institut d’Etudes Economiques et Sociales pour la Décroissance Soutenable avec www.decroissance.org

 

[1] Vous pourrez calculer votre empreinte écologique (et savoir combien de Terre seraient nécessaire pour subvenir à vos besoins) à l’adresse suivante : www.agir21.org/flash/empreinteecoweb/loadcheckplugin.html

 

[2] François Schneider tiendra une Conférence-débat à Rennes lors de la JOURNÉE COLÈRE NOIRE le 2 Février 2006 (SALLE DE LA CITÉ - 10 rue Saint Louis à partir de 18 heures)

14:15 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.