Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2005

Les alicaments

Les alicaments

 

Dans la série "on s’occupe de votre santé", je vous présente l’épisode qui prend de l’ampleur économique : les alicaments. Si, pour votre malheur, vous êtes branché sur la télé, on vous en fait la réclame plusieurs fois par page publicitaire, et même aux "informations". Kézako ? Il s’agit de ces produits alimentaires qui améliorent votre transit ou votre taux de cholestérol. Non content de vous vendre de la mal bouffe indigeste (troubles du transit varié) et pourvoyeuse d’hyperlipidémie (cholestérol et/ou triglycérides), les agroindustriels vous proposent aujourd’hui toute une gamme de produits pour améliorer ces troubles.

 

Par souci de préservation de votre intégrité inconsciente, cet article s’évertuera à ne point nommer de marque, mais essaiera d’être assez explicite pour que vous ne soyez plus dupes.

 

Je tiens d’abord à faire un petit rappel :

 

Nous sommes ce que nous mangeons.

 

Sachant cela, il devient primordial d’être vigilant sur notre alimentation, qui, équilibrée et de qualité, nous préserve des maladies et nous procure bonne santé et vitalité. Hippocrate, sur la tête de qui l’ensemble de mes confrères hexagonaux prêtent serment au sortir de leurs études (le pauvre aurait de quoi se retourner dans sa tombe toutes les 2 ou 3 secondes), le disait en son temps : QUE TON ALIMENT SOIT TON MEDICAMENT. Dans l’idée de ce sage, il s’agissait, bien entendu, d’avertir sur le fait que l’alimentation prévient, mais aussi guérit la plupart des maladies.

Un beau principe de plus perverti par la techno science, via la branche agroalimentaire.

 

Que sont les alicaments ?

 

Plusieurs sortes apparaissent régulièrement :

 

Les premiers furent des produits conçus pour compenser les troubles du transit : notre mode de vie sédentaire, conjugué à des régimes riches en sucres (glucides en tout genre) et pauvres en fibres fabriquent des millions de constipé(E)s, rien que dans notre pays [1]. Ces aliments, des préparations à base de céréales, riches en fibre d’après la réclame, permettent en fait d’améliorer la situation à la seule condition d’en ingurgiter des quantité importante (supérieure à celle recommandée sur les boites) et ce quotidiennement. Ils ne règlent pas le problème, mais atténuent les effets pervers engendrés par les déséquilibres précédemment cités. Par ailleurs, ils entraînent une diminution de la variété alimentaire, source de carences potentielles, surtout si on prend le temps de connaître la qualité des céréales entrant dans la composition de ces préparations [2].

 

Le second type d’alicament sont des yaourts, dont le plus célèbre voudrait faire croire qu’il est issu de la filière agrobiologique (son nom est sensé changer sous peu à la demande d’associations d’usagers qui n’ont pas vu le résultat du combat qu’ils ont pourtant gagné…). Ces yaourts sont préparés avec des souches de bactéries (comme tous les yaourts), mais la différence tient dans le fait que les dites bactéries sont issues de sélection faite par des industriels peu scrupuleux sur le respect du génome de ces dernières. Petite précision, la flore bactérienne qui tapisse notre tube digestif est NOTRE milieu intérieur, notre mer intérieure. Laisserez-vous encore longtemps l’industrie décider de sa composition, alors qu’à priori, la nature vous a doté du milieu qui vous convient ?

 

Le temps du changement ?

 

Jusque-là, la notion d’alicaments n’était pas de rigueur, car aucune étude ne permettait d’en faire la promotion au titre de la santé, mais plutôt du confort digestif…Tout changea quand apparurent les préparations laitières et margarines agissant sur votre taux de cholestérol. Ce dernier est bien souvent normalisé par un régime adéquat, limitant les apports animaux, favorisant le végétarisme, notamment.

 

Et quand je dis que tout a changé, je vais maintenant en faire la démonstration :

Ces produits ont en effet prouvé " scientifiquement " leur efficacité : ils ont été testés sur la base de critères médicaux. La réclame ne se prive pas d’en faire un argument. Du coup, les stratégies de communications ont été adaptées : dans les pubs certes, mais aussi en faisant pour ces produits des actions marketings auprès des professionnels de santé : votre serviteur, comme beaucoup de ses consœurs (et confrères) fut démarché par un visiteur médical (un de ces commerciaux des laboratoires pharmaceutiques) afin de proposer un de ces produits laitiers pour les patients ayant du cholestérol… Et cette stratégie marche si bien qu’aujourd’hui, des mutuelles (assurances santé complémentaires que vous payez) proposent de rembourser les alicaments !!! Bref, non content de payer votre facture au supermarché, vous la paierez une deuxième fois au travers des cotisations de complémentaire santé. Pendant ce temps, vous continuerez à payer sans remboursement l’ostéopathe qui pourtant soulage votre mal de dos… Et vous hésiterez à mettre une couronne en matériaux neutre, préférant un alliage métal pour remplacer une dent défectueuse [3].

 

Une nouveauté ?

 

Pourtant, avec ces alicaments, la techno science au service de l’agro-industrie n’a rien inventé : une fois de plus, le régime est la base d’une bonne santé, ceci est d’autant plus vrai pour des perturbations métaboliques comme les dyslipidémies. Or, on connaît les régimes protégeant les artères et le cœur, principaux organes touchés par ces déséquilibres : le régime crétois (poissons huile d’olive), les régimes végétariens asiatiques, notamment ceux riches en soja [4].

 

Que dire de plus ? Et bien bon appétit, informez vous, consommez moins et plus réfléchi. Quand on vous dit que la décroissance, c’est bon pour la santé ! Mais nous y reviendrons. Pour les bonnes résolutions 2006, je vous concocte un programme santé décroissance gratis pour retrouver la forme de vos 20 ans.

@+

Dr H Ballatin, pédales powered

 

Notes:

[1] : Et comme notre esprit et notre corps sont intimement liés, ceci explique peut-être l’état d’esprit frileux qui règne dans la populace.

[2] : Il s’agit de céréales issues de l’agriculture intensive, arrosées de pesticides en tout genre, qui sont retrouvés sous forme de traces tolérables, selon les normes, dans l’alimentation.

[3] : Ce faisant, votre bouche deviendra une pile, certes à très faible voltage mais suffisant pour perturber votre capital santé

[4] : A ce propos, le soja non fermenté est dangereux pour la santé car il apporte des isoflavones qui sont des œstrogènes végétaux et donc perturbent notre système hormonal, favorisant stérilité, cancers, troubles psychiques, troubles métaboliques…

16:00 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.