Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2005

La croissance n'est pas infinie

La croissance n’est pas infinie

Dans cette société contre-nature en totale opposition avec nos idéaux, nous sommes heureux de voir que, petit à petit, la Décroissance gagne du terrain dans les médias traditionnels Après l'excellent article de Serge Latouche publié récemment dans le Monde Diplomatique, voici, dans la série revue de presse, un petit article synthétique trouvé sur le site de l'Humanité :

Mickael Hantz, érémiste, Chille (Jura) paru dans l'édition du 1er décembre 2005 :

"Le monde que l’on connaît se trouve face à une crise écologique majeure, sans précédent dans l’histoire de l’humanité. La pérennité, a priori plausible, de l’espèce humaine, est remise en cause par le comportement de l’homme. S’ajoute à cela le malaise ou naufrage social, au Sud mais bien évidemment au sein des pays occidentaux, qui ne cesse de prendre de l’importance, les disparités s’accroissent sans fin.

 

Actuellement sous l’impulsion du libéralisme mondial, nos sociétés capitalistes de marché ont pour but la production de richesses. Savoir si ces richesses sont obtenues au détriment de guerres, de catastrophes naturelles, de traitement des pollutions nous importe peu du moment que le PIB augmente. Ce système ne comptabilise pas ce qui est non marchand mais tente par ailleurs de tout transformer en marchandise, jusqu’à une marchandisation du vivant.

 

Un changement de paradigme s’impose. La célèbre phrase de Gandhi " Vivre simplement pour que simplement d’autres puissent vivre " est plus que jamais d’actualité. Le principe de décroissance suit cette idée en affirmant que l’on peut vivre mieux en consommant moins ou plutôt consommer moins pour vivre mieux. En regardant la réalité bien en face, nos économies entreront un jour dans la décroissance car elle est inévitable tant les ressources s’amenuisent. En ce sens, la décroissance n’est pas idéologique, une décroissance infinie serait évidemment catastrophique. Il s’agit d’un passage obligatoire, nécessaire. L’enjeu est de permettre une prise de conscience collective, amenant petit à petit, et démocratiquement, une refonte totale de nos systèmes pour finalement arriver à quelque chose de durable, aux antipodes du monde que nous connaissons."

 

13:40 Publié dans Presse | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Heureux de voir qu'il y en a partout en fait des décroissants !! courage et merci !

Écrit par : guevara | 03/12/2005

Un petit commentaire que je ne sais pas où mettre : l'énergie grise.
L'énergie grise est celle contenue dans ce qu'on achete, qu'on ne voit pas : l'essence et l'électricité nécessaire pour fabriquer, transporter, modifier, emballer, étiqueter, distribuer ces produits...Arrêtons de manger de tout n'importe quand, attachons une importance particulière au chemin parcouru par ce qu'on achete...etc etc.
POUR un étiquetage "énergie grise" sur tous ce qui se vend, comme la conso électrique sur les frigos...ainsi peut etre, moins de camions moins d'avion moins de bateaux qui circulent pour rien.

Écrit par : meddle | 06/12/2005

Les commentaires sont fermés.